BizTech Byte

Beaucoup de choses ont été publiées sur les répercussions de l’évolution des politiques commerciales sur les entreprises qui achètent des matières premières et des composants dans les pays concernés. Mais comment les fournisseurs, en l’occurrence les producteurs de produits chimiques, gèrent-ils les perturbations liées aux droits de douane ?

L’industrie chimique est un acteur central qui fournit des matières premières pour une multitude de produits, dont beaucoup ne peuvent être fabriqués s'il manque un seul élément chimique. En 2017, cette industrie a représenté près de 4 000 milliards de dollars de ventes à l’échelle mondiale, dont environ 19 % d’exportations. 1 Les producteurs de produits chimiques sont par conséquent sensibles aux droits de douane, qui pourraient pénaliser la compétitivité de nombreux produits. Cela étant, les droits de douane peuvent aussi offrir aux exportateurs de produits chimiques d’autres possibilités pour compenser d’éventuelles pertes de revenus.

L’évolution des politiques commerciales engendre un ensemble complexe d’effets directs, secondaires et tertiaires difficiles à identifier et à gérer. Pour compliquer les choses, l’industrie chimique est une industrie à forte intensité capitalistique : il faut compter généralement jusqu’à cinq ans pour construire et démarrer une nouvelle usine. Il n’est pas facile de transférer rapidement la production d’un pays à un autre.

L’évolution des politiques commerciales engendre un complexe jeu de réactions de premier, deuxième et troisième niveaux, difficiles à identifier et à gérer.

Le schéma ci-dessous illustre les conséquences à court terme et les réactions en chaîne dues aux droits de douane sur l'acide acrylique, un matériau clé. Si les États-Unis taxent l’acide acrylique importé de Chine, cela offre aux producteurs locaux ainsi qu’aux exportateurs de pays tiers la possibilité de combler ce vide. Dans le même temps, les producteurs chinois vont chercher d'autres marchés pour leur acide acrylique - par exemple, en Europe ou au Japon. Ainsi, va d’abord se créer une offre excédentaire sur ces marchés et une concurrence plus vive pour les producteurs qui les desservent actuellement. Parallèlement, en augmentant leurs exportations américaines, les producteurs européens ou japonais risquent de créer des pénuries sur leur marché intérieur. Pour résumer, le marché rééquilibre les sources d'approvisionnement et les débouchés.

L’impact de l’évolution des droits de douane sur les flux commerciaux

L’impact de l’évolution des droits de douane sur les flux commerciaux

VOIR LE GRAPHIQUE DÉTAILLÉ

Outre un possible rééquilibrage des flux commerciaux à court terme, des effets à moyen et long terme peuvent se manifester. Par exemple, si un producteur de marchandises soumis à des droits de douane cherche en réaction à améliorer la compétitivité de ses coûts. En agissant ainsi, il peut poser les fondations d'une croissance future sur l’ensemble des marchés desservis par l'entreprise.

Les entreprises chimiques sont certainement conscientes des risques et des opportunités liés aux droits de douane. Pourtant, d'après notre expérience, elles réagissent généralement à l’évolution de ces droits en fonction de leur intuition ou d’observations empiriques. Cette approche peut conduire à définir des mesures non optimisées, voire même à entreprendre des actions contreproductives pour l'entreprise.

Il existe une meilleure façon de faire. Compte tenu de la complexité de l'impact des droits de douane et de la nécessité de réagir rapidement, les entreprises chimiques ont besoin d'une approche systématique et rigoureuse pour déterminer la bonne ligne à suivre, c’est-à-dire identifier et exploiter les meilleures opportunités créées par les droits de douane, tout en minimisant les risques et les inconvénients. Deux technologies clés nécessitent d’être prises en compte pour cela.

La première est l’analytique. 88 % des cadres de l’industrie chimique signalent que leur entreprise utilise de plus en plus les données pour prendre des décisions déterminantes à plus grande échelle. 2 Il est possible de tirer parti de l’analyse de données en appliquant des algorithmes à des données détaillées sur les produits, les clients, les prix, les coûts rendus, la répartition du portefeuille et d’autres éléments clés des flux commerciaux de l'entreprise. L'entreprise pourra ainsi déterminer l'impact global des droits de douane et évaluer les opportunités et les risques tant au niveau du produit que du client. De la sorte, l’analyse de données peut aider une entreprise à identifier, par exemple, sur les marchés soumis à des droits d'importation certains clients qui pourraient être à la recherche d'un nouveau fournisseur, ou bien sur des marchés non soumis à ces droits des clients que des concurrents affectés par l’évolution des politiques commerciales cherchent à démarcher.

La seconde technologie clé est l’intelligence artificielle (IA). Dans une récente étude d’Accenture Strategy, les personnes interrogées ont estimé que l'auto-apprentissage autonome et la possibilité d’agréger les données pour produire des informations nouvelles sont les deux principaux avantages de l'IA. 3 Avec l'IA, une entreprise peut tirer des leçons de tous les incidents antérieurs ― y compris les crises majeures et les variations de taux de change ― pour comprendre l’élasticité des prix et les facteurs d’alerte sur les flux commerciaux, spécifiques aux produits et aux marchés. Une entreprise chimique pourra ainsi prévoir ou même simuler l'impact de droits de douane avant qu'ils ne soient adoptés.

Pour être efficace, l’utilisation de ces outils nécessite une équipe interfonctionnelle qualifiée, intégrant des data scientists ainsi que des représentants des fonctions marketing, ventes, approvisionnement et Supply Chain. L’intégration d’une équipe de ce type dans un « centre de contrôle », rassemblant les bonnes compétences, capacités et structure organisationnelle, peut améliorer son impact et l’information produite.

Avec ces capacités, une entreprise chimique peut suivre fidèlement les comportements d'achat et les prix sur les marchés et chez les clients afin de s’adapter quand cela est nécessaire. De ce fait, il est essentiel d’avoir des opérations très agiles pour traduire les informations clés en actions.

Aucune entreprise qui vend à l’international n'apprécie l’instauration de droits de douane, qui peut rendre difficile, voire impossible, la rentabilisation d'un marché qu’elle a mis des années à développer. Mais les droits de douane ne doivent pas être un obstacle ou une nuisance pour les affaires. En développant un centre de contrôle interfonctionnel, alimenté par l'analyse de données et l'intelligence artificielle, couplé à des opérations agiles, les entreprises chimiques peuvent s’armer pour neutraliser les menaces et maximiser les opportunités créées par les droits de douane. Favoriser l'agilité compétitive de cette façon est un atout inestimable à une époque où les changements de politiques commerciales sont de plus en plus fréquents.

1 Statistiques du Cefic sur l’industrie chimique 2018.

2 Vision Technologique 2018 d’Accenture.

3 Accenture Strategy, Le changement guidé par la technologie dans l’IA, 2017.

Bernd Elser

Directeur Exécutif – Accenture Srategy

POUR ALLER PLUS LOIN


Nos autres expertises

La méthode base zéro

Identifiez le capital improductif, réinvestissez et stimulez votre stratégie de croissance.

VIEW ALL
Inscription
Restez informé avec nos dernières publications Restez informé avec nos dernières publications