RAPPORT DE RECHERCHE

En bref

En bref

  • Accenture Research offre un éclairage sur la façon dont les entreprises européennes de la chimie peuvent mener la transition vers l’économie circulaire.
  • Notre rapport montre comment l’industrie chimique peut contribuer à relever les grands défis actuels en matière d’environnement et de développement durable.
  • Les entreprises du secteur de la chimie doivent participer à la vague de disruption qui transforme actuellement leur secteur pour tirer le meilleur de l’économie circulaire.


Au cours des deux dernières années, l’économie circulaire a radicalement transformé l’industrie chimique. À l’heure où de plus en plus de consommateurs finaux se reconnaissent dans une démarche de durabilité, les entreprises du secteur de la chimie constatent aujourd’hui un fort engouement pour les produits et les processus circulaires dans les chaînes de valeur en aval. Mais la transition vers l’économie circulaire menace de perturber les chaînes de valeur et les pools de profits existants.

Les entreprises du secteur de la chimie ont désormais un nouveau rôle à jouer dans l’économie circulaire, et l’impact de leurs efforts ne se fera pas uniquement sentir dans leur secteur d’activité.

Qu’est-ce que l’économie circulaire ?

L’économie circulaire cherche à remplacer le modèle linéaire « take-make-waste » actuel de l’exploitation des ressources par une approche selon laquelle les matériaux sont constamment réintroduits dans la chaîne de valeur pour être réutilisés, avec à la clé une réduction de la consommation d’énergie et des ressources. Cela peut se faire de plusieurs manières, notamment en déployant des opérations circulaires, en développant des produits et des services circulaires, et en renforçant la collaboration sur l’ensemble des cycles de vie des produits et des chaînes de valeur.

Accélération de la transition vers la circularité

L’évolution des attitudes des consommateurs est l’un des facteurs clés de la montée en puissance de l’économie circulaire. Les gens veulent désormais utiliser des produits plus durables, recyclés et issus de processus biologiques.

Dans le même temps, les marques observent l’évolution des préférences des consommateurs en matière de circularité et cherchent à adopter une position de leader en s’engageant de façon volontaire vers des modèles d’économie circulaire. Les investisseurs sont quant à eux de plus en plus enclins à intégrer l’impact sociétal et environnemental d’une entreprise pour déterminer sa valeur. L’UE s’est engagée à réduire de 45 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 (par rapport aux niveaux de 1990). Ajoutons que tous ces changements s’inscrivent dans un contexte de réglementation de plus en plus contraignante et d’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché, qui cherchent tous à saisir les opportunités offertes par les nouvelles technologies.

72%

des consommateurs déclarent avoir acheté plus de produits respectueux de l’environnement au cours des cinq dernières années.

81%

envisagent d’acheter plus de produits respectueux de l’environnement au cours des cinq prochaines années.

Un secteur d’activité ne pourra toutefois jamais parvenir, seul, à la circularité. Pour prospérer dans l’économie circulaire, les entreprises du secteur de la chimie vont devoir instaurer une forte collaboration entre les différents segments de la chaîne de valeur, afin de conserver les matériaux plus longtemps dans l’économie et de fermer les différentes boucles qui assurent leur retour dans la chaîne de valeur.

Selon les estimations d’Accenture, environ les deux tiers des volumes de produits chimiques vendus aux industries en aval pourraient être recirculés dans une de ces boucles de production. Pour fermer ces boucles, les entreprises du secteur doivent concentrer leur action sur un certain nombre de domaines.

Les entreprises de biens de consommation se tournent vers les emballages en plastique 100 % réutilisables, recyclables ou compostables.

Fermer les boucles de l'économie circulaire

Image

1. Flux des matériaux

Exploitation des matériaux en fin de vie comme matière première de substitution.

2. Transition des infrastructures

Transition des infrastructures pour prendre en charge les flux de matériaux.

3. Supply chain inversée

S’assurer que la qualité et la quantité des flux de déchets sont constantes.

4. Évolution des technologies

Le tri grâce à l’apprentissage automatique, les passeports numériques et d’autres technologies seront essentiels pour la gestion des matériaux.

5. Économie du seuil de rentabilité

Les principaux facteurs incluent le potentiel de revenus, les coûts liés à la collecte, à l’achat, au nettoyage et au recyclage des déchets.

Voir toutes les offres
La circularité fait émerger toute une gamme de nouvelles opportunités pour les entreprises.

Transition vers la circularité : quelles options pour les entreprises de chimie ?

Dans l’UE, environ 51,2 millions de tonnes de plastiques ont été consommées en 2018, mais seulement 29,1 millions de tonnes de déchets plastiques ont été collectées1. En l’absence de toute nouvelle disruption, les projections d’Accenture tablent sur une consommation de plastique atteignant 60,5 millions de tonnes à l’horizon 2030. En prenant en compte l’ensemble des produits chimiques (et non pas seulement les plastiques), et en intégrant de nombreuses hypothèses, le modèle Accenture prévoit que la consommation passera de 139 millions de tonnes en 2018 à 180 millions en 2030.

Intégrer la circularité dès la conception

La re-conception des produits en intégrant les principes de la circularité devra être de grande envergure et généralisée. Si ce n’est pas le cas, des investissements massifs seront nécessaires, les inefficacités s’aggraveront en raison de l’incapacité à prendre en charge une grande partie des déchets, et un système coûteux et consommateur de vastes quantités d’énergie émergera.

Occuper les sweet spots

Les chaînes de valeur circulaires aideront les marques à respecter leurs engagements et offriront aux producteurs de produits chimiques une opportunité d’aller au-delà des business models traditionnels qui consistent simplement à fabriquer et commercialiser des molécules. Les producteurs pourront ainsi avoir un rôle actif dans une plus grande quantité de maillons de la chaîne de valeur, avec à la clé un potentiel de croissance considérable. La course est déjà lancée pour prendre les sweet spots, c’est-à-dire les meilleures positions, au sein des chaînes de valeur de demain.

Renforcer la collaboration sur toute la chaîne de valeur

Les entreprises de chimie doivent impérativement intégrer la collaboration au sein d’une stratégie de circularité systématique et globale et s’engager dans des partenariats stratégiques le plus tôt possible.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Les entreprises chimique ont pris conscience de l'importance de l'économie circulaire. Nos sept mesures concrètes pour engager leur transformation.

Réévaluer le portefeuille de produits

Réexaminer le portefeuille de produits cible pour mieux anticiper les changements prévus dans la structure de la demande.

Pivoter vers des actifs circulaires

Réorienter les investissements en capital, en délaissant les actifs conçus pour des matériaux linéaires vierges vers des actifs plus circulaires.

Développer des capacités circulaires

Développer systématiquement des capacités circulaires dans l’ensemble de l’entreprise.

Se réorganiser pour la circularité

Les entreprises qui opèrent depuis longtemps doivent réfléchir à la création de nouvelles entités distinctes, axées sur la croissance circulaire.

Saisir les opportunités

Saisir les opportunités offertes par les engagements volontaires des marques, et mettre en place des pilotes sur l’ensemble des chaînes de valeur.

Redéfinir et tester les business models

Conduire des tests de stress sur les business models existants et les redéfinir, en procédant entité par entité.

Instaurer la confiance

Instaurer un climat de confiance vis-à-vis des consommateurs en recherchant de façon proactive la circularité des opérations.

Voir toutes les offres
"Nous saluons l'étude d'Accenture comme une contribution précieuse au dialogue nécessaire entre toutes les parties prenantes afin que l'Europe puisse véritablement devenir une plaque tournante circulaire avec l'industrie chimique en son cœur."

— Marco Mensink, Directeur Général, Cefic

1 Source: Plasticseurope.org, 16 juillet 2019.

Rachael Bartels​

​Senior Managing Director – Chimie & Ressources Naturelles, Accenture


Dr. Bernd Elser

Managing Director – Chimie & Ressources Naturelles, Accenture


Michael Ulbrich

Managing Director – Accenture Strategy, Chimie et Ressources Naturelles, Accenture

POUR ALLER PLUS LOIN

Catalyser la nouveauté
Economie circulaire et alchimie de la croissance
Étude du Pacte mondial des chefs d'entreprise de l'ONU sur le développement durable

Inscription
Restez informé avec nos dernières publications Restez informé avec nos dernières publications