ÉTUDE

En bref

En bref

  • En France, selon notre étude, la stratégie de Technologie Responsable n’est pas encore systématiquement intégrée à l’ensemble de l’entreprise.
  • Trois impératifs à adresser : la technologie au service de la durabilité, son impact environnemental et social, et la collaboration avec l’écosystème.
  • Les entreprises françaises sont moins matures que leurs homologues mais prennent davantage en compte les facteurs d’inclusion, en collaborant avec les ONG.
  • Elles peuvent s’améliorer en s’appuyant sur la technologie afin de transformer toute la chaîne de valeur, en travaillant avec les écosystèmes.


À l’occasion du Forum de Giverny 2022, le Cercle de Giverny et Accenture dévoilent en exclusivité le résultat de l’étude Technologie Responsable en France, qui s’appuie sur une analyse mondiale menée par Accenture Research auprès de plus de 500 grandes entreprises, dont une soixantaine d’entreprises françaises. Elle permet d’identifier les priorités des entreprises françaises en matière de Numérique et de Développement Durable, l’état d’avancement de leurs projets et de les comparer à d’autres entreprises à travers le monde. Grâce aux différents entretiens menés auprès des décideurs, elle met en lumière les objectifs des entreprises, des exemples concrets et les bonnes pratiques de numérique responsable en France, mais aussi les principaux freins auxquelles elles peuvent être confrontées.

D’ici à 2030, 56% des entreprises françaises interrogées dans notre étude se sont engagées à atteindre les objectifs de neutralité carbone ; 26% d’entre elles ont se sont même engagées à les atteindre d’ici 2025. Parmi les objectifs de développement durable de l’ONU, les engagements de développement durable des entreprises françaises vont au-delà des objectifs de neutralité carbone, en attribuant également une grande importance à la promotion d’une croissance économique durable et inclusive avec un travail décent pour tous (35%), et à la protection et promotion de l’utilisation durable des écosystèmes terrestres (28%).

Les entreprises qui prennent les devants sur les questions ESG sont également plus performantes financièrement, générant jusqu'à 2,6 fois plus de valeur pour les actionnaires que leurs homologues.

Sans les technologies, il sera impossible de respecter l’agenda d’un développement durable. La technologie est considérée comme un levier important de mise en œuvre des initiatives de développement durable pour 96% des entreprises françaises que nous avons interrogées.

Définir une stratégie de technologies durables

Aujourd'hui, très peu d’entreprises ont pleinement intégré de façon simultanée leurs stratégies de numérique responsable avec leur stratégie commerciale et leur stratégie de développement durable. Selon notre étude, elles sont seulement 4% en France à mettre en place une approche véritablement holistique, contre 7% au niveau mondial. Pour tenir la promesse des technologies durables, les entreprises doivent inviter les DSI à la table des décideurs. Ces derniers doivent travailler en étroite collaboration avec les autres cadres dirigeants pour identifier les technologies qui permettront à l’entreprise d’atteindre ses objectifs de développement durable. Et en même temps, se pencher sur les impacts environnementaux et sociaux de la technologie elle-même.

41%

Actuellement, seuls 41% des DSI font partie de l’équipe de direction en charge de définir les objectifs de durabilité.

38%

Seuls 38% sont évalués sur la réalisation de ces objectifs.

7%

Seules 7% des entreprises ont intégré les stratégies technologiques à leurs stratégies de développement durable.

Pour relever les plus grands défis de notre monde, les technologies jouent un rôle décisif. Mais elles doivent être exploitées de manière à maximiser leurs avantages, tout en limitant au maximum leurs effets indésirables.

Une stratégie de technologies durables s’appuie sur trois éléments clés, qui permettent prendre de l'avance sur ses concurrents, tout en bâtissant une entreprise durable :

1. Sustainability by technology

Mettre l’innovation technologique au service de la durabilité.

La technologie au service des métiers de l’entreprise est essentielle pour atteindre des objectifs de développement durable, tant environnementaux et sociaux qu’éthiques. Parmi les impératifs à respecter, citons :

  • La transition vers la neutralité carbone, par le biais des technologies avancées comme l’intelligence artificielles et les plateformes numériques.
  • L’adoption de chaînes d’approvisionnement plus responsables, dont les efforts pour collecter et analyser les données doivent être accentués.
  • L’évaluation de l’activité ESG et son pilotage, car la technologie peut aider à évaluer et analyser les indicateurs RSE.
  • La construction d’entreprises durables, notamment par l’intégration du développement durable dans l’ensemble de leur organisation et l’adoption de modèles de travail hybride.

2. Sustainability in technology

Rendre les technologies plus durables.

L’impact environnemental et social de la technologie est un élément fondamental du développement durable. Les entreprises doivent adopter des stratégies d’utilisation et/ou de conception de technologies sobres et résilientes. Nous avons identifié trois domaines dans lesquels les DSI joueront un rôle décisif :

  • La neutralité carbone grâce à la sobriété numérique – réduire la consommation énergétique via l’adoption de logiciels conçus, développés et déployés garantissant un cycle de vive logiciel responsable, ainsi que la migration vers le cloud.
  • La confiance – développer des systèmes informatiques qui assurent la protection de la confidentialité, tout en étant équitables et accessibles.
  • La gouvernance – intégrer les questions ESG au cœur des technologies dès le départ ; en mettant la technologie au profit d’un environnement de travail inclusif et en établissant des structures de gouvernance claires.

3. Sustainability at scale

Collaborer avec votre écosystème pour amorcer le changement au-delà de l'entreprise et dans le monde entier.

Les consommateurs sont soucieux de l’impact mondial qu’ont les produits et services qu’ils utilisent. Ils demandent une approche commerciale plus holistique, qui définira de plus en plus les interactions des entreprises avec les investisseurs, les partenaires, les autorités et les clients.

Pour opérer cette transition, les dirigeants d’entreprises françaises doivent collaborer avec l’écosystème pour accélérer le déploiement d’une technologie responsable :

  • Collaborer étroitement au sein de l’écosystème des ONG et avec les partenaires et fournisseurs en s’engageant à suivre les bonnes pratiques.
  • S’appuyer davantage sur des partenariats et un travail en écosystème entre entreprises, avec les startups et plus de liens avec les universités.
  • Exploiter la multitude d’initiatives entrepreneuriales en France pour mettre la technologie au service de la transition écologique.

En France, les entreprises travaillent déjà avec leurs partenaires technologiques pour harmoniser les normes et les pratiques de reporting sur le développement durable, et sont les premières à s’engager avec les associations, les ONG et les groupes de réflexion pour le développement de stratégies en matière de technologies responsables. En revanche, elles sont en retard par rapport à leurs homologues mondiaux lorsqu’il s’agit de donner aux laboratoires de recherche et aux universités les outils numériques nécessaires pour développer des solutions technologiques innovantes et durables, d’initier des partenariats avec des startups pour développer des outils et des technologies innovants en matière de durabilité, ou encore de participer à des coalitions industrielles offrant un soutien dans la gestion des chaînes d'approvisionnement mondiales.

Selon notre étude, les entreprises françaises discernent moins les bénéfices d’investissements technologiques responsables sur les résultats de l’entreprise que leurs homologues mondiaux (37% vs 49%). Parmi les freins les plus régulièrement cités : le manque de talents (39%), le manque de solutions (32%) la complexité et le coût des projets (38%), ou encore des retards sur la migration vers le cloud (32%) qui complexifient la mise en œuvre des initiatives de développement durable.

Une opportunité

Les résultats de notre enquête nous ont permis de développer un Sustainability Technology Index qui mesure le niveau de succès des entreprises à combiner ces trois impératifs. Environ 67% des entreprises en France ont des scores entre 0.3 et 0.5, contre 60% au niveau global. 23% des entreprises en France ont des scores plus élevés que 0.5 (contre 38% au global). Si le potentiel est bien là, cela suggère que bon nombre d’entreprises a encore du chemin à parcourir pour utiliser pleinement la technologie responsable.

Parmi les entreprises françaises, c’est dans l’impératif de L’impact environnemental et social de la technologie que la marge d’amélioration est la plus importante. Les entreprises doivent se concentrer sur l’intégration des principes de développement durable dans le cycle de vie du développement logiciel, sur la mise en avant du rôle du DSI dans le programme de développement durable et sur l’utilisation de la technologie pour créer un lieu de travail plus inclusif.

Alors que les entreprises françaises affichent de meilleurs résultats sur le pilier La technologie au service du développement durable, l’écart se creuse entre les entreprises les plus performantes et les moins performantes. Les entreprises les plus performantes utilisent la technologie pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, mettre en place des chaînes d’approvisionnement et des expériences clients durables, ainsi qu’une culture d’entreprise qui utilise la technologie pour promouvoir les principes de développement durable dans toute l’organisation.

L’écart le plus important est observé dans les scores du pilier Collaboration avec l’écosystème pour accélérer le déploiement d’une technologie responsable. Alors que les entreprises françaises obtiennent les meilleurs résultats dans ce pilier par rapport aux deux autres, la clé est de créer plusieurs types de partenariat et collaboration afin de favoriser le développement de technologies responsables, l’adoption d’initiatives technologiques responsables innovantes, et de mettre à l’échelle l’impact positif.

Pour aller plus loin, voici un aperçu de nos recommandations stratégiques, que vous trouverez détaillées dans notre étude :

  1. Atteindre les objectifs de décarbonation en exploitant les technologies et en réinventant les chaînes d’approvisionnement
  2. Adopter de nouvelles pratiques comme le pilotage par des indicateurs carbone et la gestion d’un budget carbone au sein de l’entreprise
  3. Intégrer la performance ESG au sein de cycle de vie des services numériques
  4. Instituer les bons mécanismes de gouvernance pour briser les silos et accélérer la transformation
  5. Mettre les ressources en commun et élaborer un plan d'action collectif autour des données ESG
  6. Renforcer le décloisonnement entre le monde académique, l'administration publique et le monde de l'entreprise

A propos des auteurs

Marie Georges

Sustainability Lead France & Benelux


Carole Davies-Filleur

Sustainability & Technology Lead France & Benelux


Edvina Kapllani

Research Lead France & Benelux

POUR ALLER PLUS LOIN

Construire une organisation responsable
Mesurer la durabilité en créant de la valeur
Développement durable : la parole aux dirigeants

NEWSLETTER
Abonnez-vous à nos dernières publications Abonnez-vous à nos dernières publications