ETUDE

En bref

En bref

  • Bien que la Chine et les US semblent se remettre plus vite de la pandémie, l'Europe peut encore devancer ses concurrents mondiaux.
  • Un nouveau modèle de croissance et de compétitivité émerge, et les entreprises européennes sont bien placées pour en tirer profit.
  • Trois opportunités se présentent pour l'Europe : le redémarrage des industries, la collaboration intersectorielle et la création nette d'emplois.
  • Pour les saisir, les entreprises devront se réinventer : investir dans des écosystèmes appropriés, dans les technologies et dans les talents.


L'Europe est prête à redémarrer

Avant la pandémie, les grandes entreprises européennes rivalisaient avec leurs concurrents américains et chinois dans la plupart des secteurs.

Et soudain, la COVID-19 a changé le monde.

Alors que les économies préparent leur reprise, nous constatons que les entreprises chinoises et américaines s'attendent à rebondir plus rapidement que leurs homologues européennes. Mais ce retard n’est pas inéluctable.

Une opportunité unique s’offre à l’Europe de se positionner en tant que leader de l’économie post-pandémie. Même si les conséquences de la pandémie sont encore visibles, un nouveau paradigme de croissance est en train d’émerger – et les entreprises européennes sont bien placées pour en tirer profit.

Ce nouveau paradigme repose sur la résilience, la régionalisation et des secteurs émergents comme la production intelligente, la santé numérique, la mobilité et la transition énergétique - secteurs dans lesquels l'Europe investit déjà massivement. Il s’appuie également sur une accélération de la digitalisation et sur le développement durable. Cependant, si les entreprises européennes accusent un sérieux retard dans l'adoption du numérique, elles sont depuis longtemps à la pointe en matière de durabilité.

La position dominante de la région en matière de durabilité - associée à des investissements dans les technologies les plus prometteuses et dans des écosystèmes intersectoriels émergents tels que la mobilité - pourrait accroître sa compétitivité, permettre l’émergence de leaders mondiaux et créer à long terme des millions de nouveaux emplois dans la région.

Quel bilan pour les entreprises ?

Avant la pandémie, la plupart des entreprises européennes faisaient jeu égal sur les marchés avec leurs concurrents chinois et américains. Aujourd'hui, l'Europe est confrontée à d'importants défis concernant notamment les technologies, les logiciels et les plateformes.

Compétitivité des industries européenness*

Source: Accenture Research based on Capital IQ for Insurance, data from Swiss Re, sigma World Insurance reports

En moyenne, les entreprises européennes se défendent bien en matière d’innovation, avec 24% des 2 500 meilleures entreprises de R&D (et 28% des investissements). Mais la compétition est rude et l’Europe a perdu du terrain lors de la dernière décennie, en particulier face à la Chine. En 2013, l’Europe était co-leader avec les États-Unis, avec 35% des dépenses de R&D, alors que la Chine représentait seulement 4% des dépenses de R&D.

Les entreprises européennes des secteurs de l'énergie et des équipements industriels doivent également accélérer si elles veulent rattraper leurs homologues internationaux.

Parmi les 2 500 entreprises mondiales ayant le plus investi en R&D en 2019 :

  • 24% sont des entreprises européennes
    (contre 31% aux États-Unis, 21% en Chine)
  • 28% des dépenses de R&D proviennent d'entreprises européennes
    (contre 38% aux États-Unis, 13% en Chine)

Les start-ups en Europe ont également de la marge pour se développer. En 2019, on comptait plus de 43 000 start-ups financées en Europe, qui ont levé plus de 38 milliards d'euros en capital d'investissement. Pourtant, ces chiffres restent loin derrière les États-Unis, qui comptent deux fois plus de start-ups, bénéficiant de trois fois plus de financements.

Capitaux investis (en milliars de $) en Europe, en Amérique du nord en Asia, et dans le reste du monde dans les start-ups Tech

Source: Accenture Research

Notre récente enquête auprès de cadres supérieurs représentant 700 grandes entreprises européennes a révélé qu’une majorité d’entre eux sont fermement convaincus que leur entreprise va croître au cours des deux prochaines années. Les cadres du secteur pharmaceutique sont les plus confiants (avec 92%), alors que ceux travaillant dans les secteurs du voyage, de la communication et des médias, sont les moins optimistes avec respectivement 68% et 70%.

Cependant, ces perspectives positives contrastent avec leur vision à court terme, compte tenu des défis auxquels sont actuellement confrontés entreprises et secteurs. Les entreprises européennes doivent se positionner rapidement afin d'emprunter de nouvelles trajectoires de croissance.

Qui sont les leaders de demain ?

Un petit groupe d'entreprises concentrera la plupart des bénéfices au cours des 12 prochains mois. Dans notre récent rapport « The European Double Up », nous avons identifié un groupe d'entreprises - les leaders de demain - qui sont en bonne voie pour générer une croissance rentable en 2021.

35%

Les leaders de demain représentent 35% de toutes les entreprises mondiales, mais pourraient générer jusqu'à 78% des profits dans le monde à la fin de 2021.

À ce jour, les entreprises européennes sont sous-représentées par rapport à leurs homologues nord-américaines et de la zone APAC. Mais ce nouveau paradigme de croissance et de compétitivité ouvre de nouvelles opportunités, pour les entreprises et secteurs d'activité européens.

Ce modèle de croissance exploite les atouts de l'Europe.

  • Résilience : en moyenne, les entreprises européennes mettent plus de temps que leurs pairs à se remettre de la pandémie. Pourtant, l’Europe compte 32% des leaders de demain, et ces entreprises sont le moteur de la reprise pour la croissance future de la région.
  • Régionalisation : le combat face à la pandémie pourrait faire naître une nouvelle ère de coopération économique entre pays de l'UE.
  • Convergence des industries : de nombreux dirigeants européens ont déjà élargi leurs horizons grâce à la croissance des écosystèmes. Ils étudient également comment collaborer davantage pour développer et mettre à l'échelle des infrastructures à travers l’UE.
  • Accélération digitale : alors que l'Europe est en retard par rapport aux États-Unis et la Chine en matière d'adoption du numérique, des plans ambitieux se mettent en place. L'UE prévoit en effet de doubler le nombre de ses licornes, avec 75% des entreprises européennes exploitant le cloud, l’IA et le Big Data d'ici 2030.
  • Développement durable : les cadres européens sont en tête du peloton. 58% d’entre eux estiment que la poursuite de leur transformation écologique est essentielle pour rester compétitifs, et une entreprise sur deux parmi les plus durables au monde est européenne.

De la crise naissent les opportunités

Cette nouvelle approche du leadership de la croissance présente trois principaux bénéfices potentiels pour l'Europe :

  • Redémarrage des industries
  • Nouvelles collaborations intersectorielles à forte croissance
  • Création nette d'emplois

Comment les entreprises peuvent-elles saisir ces opportunités ? En prenant trois mesures clés.

Mesure 1 : développer des modèles basés sur des écosystèmes afin de favoriser l'innovation et la croissance.

La technologie et l'évolution des attentes des consommateurs nécessitent la mise en œuvre de modèles en écosystèmes. Les nouvelles sources de valeurs seront en grande partie générées par les plateformes numériques, qui reposent sur ces écosystèmes. Dans l'automobile, par exemple, 48% de la valeur créée au cours de la prochaine décennie proviendra des services basés sur les données, des outils de mobilité et des services financiers numériques. Les écosystèmes sont donc incontournables.

Les plus résilients face à la crise sont ceux qui ont déjà opté pour des modèles en écosystèmes : 43% des leaders de demain, contre 18% pour les autres entreprises, génèrent déjà plus de 10% de leurs revenus grâce aux écosystèmes.

« Pour réussir cette transformation en Europe, il nous faut créer un écosystème d'entreprises, d'instituts de recherche, de décideurs politiques et de start-ups pour favoriser l'automatisation et ainsi faire face aux futures pandémies potentielles. »

— Directeur de la Sécurité (CSO), Aéronautique et Défense, Irlande

Mesure 2 : investir et accélérer la Double Transformation

La Double Transformation – alliance de l’adoption numérique et de la création de valeur durable – est une approche avec un fort potentiel pour les entreprises qui veulent devenir leader.

La plupart des entreprises déclarent qu'entreprendre une double transformation est l'une de leurs priorités. Cependant, plus de la moitié des entreprises qui sont déjà engagées dans ces transformations disent qu'elles avancent trop lentement pour obtenir des résultats significatifs et rester compétitives.

Probabilité d'ětre parmi les leaders de demain

Source: Accenture CXO Survey

Nous avons identifié cinq actions concrètes à mettre en œuvre pour aider les entreprises à réussir leur double transformation à grande échelle :

  1. Définir une direction : privilégier des business models basés sur les écosystèmes, centrés sur la durabilité et rendus possibles par la technologie.
  2. Commencer sa transformation : combiner les ressources pour faire évoluer les applications technologiques vers des pratiques durables.
  3. Renforcer l'impact : favoriser l'adoption à l'échelle de l'entreprise en combinant des indicateurs financiers et non financiers.
  4. Déployer à l'échelle : accorder l’ensemble des partenaires sur des cycles de vie durables et une traçabilité optimisée.
  5. Accompagner la transformation : diriger, responsabiliser et développer les talents.

Mesure 3 : requalifier les collaborateurs afin d’assurer une croissance continue de l'emploi dans toute l'Europe.

La moitié des dirigeants estiment que la formation des collaborateurs fait partie intégrante de leurs priorités, et les entreprises européennes souhaitent mettre en place rapidement des programmes ambitieux.

72%

des entreprises prévoient de former / requalifier entre 5% et 25% de leurs employés cette année.

Nos rapports de 2020 « Net Better Off » et « Honing Your Digital Edge » ont identifié les quatre éléments clés d'une montée en compétences réussie pour les entreprises :

  1. Favoriser l'apprentissage en continu : exploiter la puissance des données et la technologie pour anticiper vos futurs besoins en compétences et offrir des expériences d'apprentissage pertinentes.
  2. Exploiter la technologie pour augmenter la flexibilité : grâce à une plus grande collaboration Homme + Machine, les travailleurs sont libres de s'engager dans des tâches plus satisfaisantes et innovantes.
  3. Mettre l'accent sur le leadership et la culture : promouvoir des comportements de leadership collaboratif qui encouragent le partage des connaissances, l'apprentissage et la prise de risques.
  4. Optimiser le quotient technologique des colloborateurs : associer les compétences, l'enthousiasme et la compréhension de la valeur des technologies pour encourager l'adoption du digital.

Comprendre ces quatre piliers aidera les entreprises à personnaliser leurs plans de formation et à collaborer avec leurs employés pour mettre en place un environnement d'apprentissage favorable.

Le soutien des gouvernements est essentiel

Les gouvernements européens et les institutions de l’UE ont également un rôle essentiel à jouer pour faciliter l’émergence de leaders mondiaux en Europe. Voici comment :

  • Accompagner la nouvelle génération de talents en optimisant les systèmes d'éducation et de formation. Inciter financièrement les acteurs privés impliqués dans la requalification/la formation de leurs employés. Encourager la collaboration entre les institutions académiques, les start-ups et les entreprises pour développer les talents STEM (Science, Technology, Engineering, Mathematics). Mettre en place une réglementation favorisant la mobilité afin de soutenir la mobilité professionnelle dans toute l'Europe et d’attirer les talents étrangers.
  • Accélérer la transformation digitale en déployant une infrastructure technologique commune incluant la 5G, le cloud, l'IoT et l'IA. Créer un cadre réglementaire propice à l'innovation. Financer la R&D par des initiatives telles que le Conseil européen de l'innovation et soutenir la digitalisation des PME. Optimiser la collaboration entre les institutions publiques et privées afin de développer des projets de R&D et concrétiser les idées innovantes.
  • Accompagner la transition vers une économie et une société plus durables en investissant dans le développement de nouvelles technologies dans l'énergie (énergies renouvelables, hydrogène…). Financer la transition énergétique, y compris via le financement direct des efforts de décarbonation de l'industrie ou par des incitations financières. Soutenir économiquement les projets de R&D. Encourager la collaboration entre les entreprises afin de mettre en place des chaînes de valeur intégrées et réduire le nombre de déchets. Garantir une gestion responsable des fonds de relance pour soutenir l'économie verte. Proposer une stratégie visionnaire pour faire de l'Europe un acteur majeur du développement durable.

Il est temps que l'Europe prenne les devants

Les attentes économiques et les normes sociétales ont été bouleversées par la COVID-19. Il est temps pour l'Europe de saisir sa chance : les entreprises doivent non seulement se préparer à la reprise, mais également se réinventer.

Cette crise a révélé la fragilité de nos populations les plus précaires. La vulnérabilité de nos chaînes d'approvisionnement. Les difficultés des patrons de PME... Toutes ces conséquences de la COVID-19 ne doivent pas nous pousser à revenir au monde d’avant, bien au contraire.

L'Europe et ses secteurs d'activités, entreprises et gouvernements peuvent choisir de bâtir un avenir meilleur. Nous devons nous rassembler et penser au-delà de nos propres réalités. Il est essentiel de requalifier nos talents, de rétablir la confiance pour collaborer à travers des écosystèmes, même avec nos concurrents, au-delà des frontières. Nous devons avoir le courage d'investir massivement dans les technologies émergentes, d’innover sans cesse afin de se donner les moyens d'être les leaders de demain.

Jean-Marc Ollagnier

CEO – EUROPE


Michael Brueckner

Senior Managing Director, Growth & Strategy Lead, Europe


Sybille Berjoan

Europe Principal Director, Accenture Research


Pierre Gattaz

President – BusinessEurope

POUR ALLER PLUS LOIN

La double transformation des entreprises européenes
Booster la compétitivité et l'innovation européennes
Passez au Green Cloud

NEWSLETTER
Abonnez-vous à nos dernières publications Abonnez-vous à nos dernières publications