Skip to main content Skip to footer
Fjord Trends 2022 : vers de nouvelles relations sociales et sociétales
Les choix que nous devrons faire dans un avenir proche auront probablement des répercussions sur notre monde bien plus considérables que nous ne pouvons l’imaginer. Tout va dans le sens d’une mutation dans nos relations – que ce soit avec nos collègues, les marques, la société, les lieux ou les personnes qui comptent à nos yeux. Nous arrivons également à un point où nous ne pouvons plus fermer les yeux sur l'impact que nous avons sur la planète : nous commençons enfin à accepter le fait que nous ne pouvons plus continuer à agir comme si nous ne faisions pas partie de la nature.

FJORD TRENDS 2022

1. Soyez vous-même

Nous observons un changement radical : les individus ont plus que jamais la volonté de (re)prendre leurs vies en main, notamment sur le plan professionnel. Ce mouvement est tout particulièrement illustré par l’essor de la « gig economy » et le développement des statuts d’indépendant, de freelance ou de micro-entrepreneur, facilités par la technologie. Cette nouvelle mentalité, qui met le « moi » devant le « nous », a d’importantes implications pour les entreprises, aussi bien dans leurs relations avec les salariés qu’avec ces nouveaux « consommateurs-créateurs ». Les entreprises doivent garder cela à l'esprit lorsqu'elles définissent leur proposition de valeur pour attirer et retenir les employés. En savoir plus
2. Vers la fin de l’abondance

La raréfaction des matières premières, les pénuries de main-d’œuvre, les problèmes logistiques ou la mise en place de mesures d’austérité sont autant de phénomènes qui remettent en question le sentiment d’abondance, jusqu’ici fondé sur l’immédiateté et la facilité d’accès de la plupart des biens et services… Pour ceux qui tenaient cette abondance pour acquise, il s’agit d’un aperçu de ce que pourrait être un avenir marqué par des pénuries et des difficultés d’approvisionnement. Le moment est venu d’en tirer des leçons, en développant le mouvement « nature positive » et une approche plus mesurée de la consommation. En savoir plus
3. Au-delà de notre monde

Dépassant l’univers du jeu vidéo dans lequel il a vu le jour, le métavers offre aux marques et aux utilisateurs la promesse d’un nouvel espace pour interagir, créer, consommer et générer des revenus. Bien que son véritable potentiel reste à définir, il porte en lui tous les ingrédients d’une révolution culturelle ! Pour réussir, les marques devront bien comprendre les attentes de leurs clients dans ce nouveau monde. En savoir plus
4. La vérité, rien que la vérité

Dans notre époque où se poser des questions est fondamental, tout le monde s’est habitué à obtenir des réponses immédiates à ses interrogations. Toutefois, les consommateurs se montrent de plus en plus sceptiques face aux réponses qu’on leur donne. Et avec la multiplication des canaux et des sources, cela devient un véritable défi pour les concepteurs et les entreprises.… Pourtant, ce défi mérite d’être relevé, car il représente un moyen créer une relation de confiance et de faire la différence face à la concurrence. En savoir plus
5. Prenez-en soin

Le désir de prendre soin des autres est une caractéristique fondamentalement humaine, mais elle est aujourd’hui devenue davantage visible et valorisée. Elle est même au cœur du débat public. Désormais, quels que soient leurs liens qu’elles entretiennent avec le domaine de la santé, les entreprises doivent définir la façon dont elles intègrent les notions de bienveillance, de bien-être et d’attention aux autres, aussi bien dans leurs organisations que dans leurs offres - que celles-ci concernent leurs salariés, leurs clients ou la société au sens large. En savoir plus

1. SOYEZ VOUS-MÊME

Le constat :

Alors que nous continuons à devoir relever les défis posés par la pandémie mondiale, une période de croissance post-traumatique se dessine. Elle se manifeste de nombreuses manières et de façons différentes selon les individus. Certains s’attachent à développer des relations moins superficielles ou se montrent ouverts à de nouvelles possibilités, quand d’autres vivent un regain de confiance dans leurs capacités personnelles, développent un plus grand sens de la spiritualité ou font évoluer leur vision de la vie.

Partout, les gens s’interrogent sur leur identité et leurs priorités. Dans de nombreux cas, une nouvelle confiance en soi leur permet d’être eux-mêmes et de s’affirmer. Nous assistons également à une « humanisation » croissante du travail, alors que vie professionnelle et vie privée se mêlent davantage. Désormais, le fait de parler au bureau des difficultés qu’on éprouve dans sa vie personnelle n’est plus considéré comme un signe de faiblesse.

En parallèle, la prise en compte de l’individualisme et du besoin d’indépendance des individus va croissant. Chacun veut décider de la façon dont il occupe son temps, de ce qui mérite son attention et du lieu où il veut le faire. Avec la réouverture des économies mondiales mi-2021, le marché de l’emploi est devenu un marché de la demande. Aux Etats-Unis, le phénomène de « Great Resignation » illustre parfaitement ce changement. Avec le phénomène de la « Grande démission » on a vu des salariés quitter leur emploi, afin de vivre en accord avec de nouvelles priorités qui s’étaient imposées lors des confinements liés à la pandémie.1
Il est plus facile pour les gens de compléter ou de remplacer leur revenu principal, grâce aux plateformes technologiques proposant des services et des outils pour transformer un talent ou une passion en activité pérenne. Ainsi, outre-Atlantique, les Américains génèrent en moyenne 10 972$ par an de revenus complémentaires via la « gig economy » : à côté de leur activité principale, ils sont enseignants, blogueurs, programmateurs freelance ou louent des biens immobiliers, par exemple.2

L’apparition de ces nouvelles opportunités et l’évolution du rapport au travail ont des conséquences directes sur le monde de l’emploi traditionnel. Nombreuses sont les entreprises qui ont vu leurs équipes physiquement séparées pendant une longue période et qui s’inquiètent des répercussions de cette situation pour la dynamique d’équipe. Beaucoup craignent que leurs équipes soient moins efficaces, qu’elles collaborent et innovent moins bien. Dans ce contexte, la tension entre la volonté croissante des salariés de décider où ils veulent travailler et les intérêts des entreprises se fait de plus en plus forte.

Alors que les logiques individuelles prennent le pas sur le collectif dans le monde de l’entreprise, les aspirations des consommateurs sont également bouleversées. Voilà autant de nouveaux défis, et d’opportunités, pour les entreprises, aussi bien en tant que marques qu’en tant qu’employeurs.3
Alors que les logiques individuelles prennent le pas sur le collectif, voilà autant de nouveaux défis, et d’opportunités, pour les entreprises, aussi bien en tant que marques qu’en tant qu’employeurs.

Et ensuite ?

CE QUE NOUS SUGGÉRONS

Réfléchissez

Réfléchissez à la montée de l’individualisme et à l’émergence d’une mentalité où le « moi » l’emporte sur le « nous », ainsi qu’aux conséquences éventuelles pour votre organisation. Comment allez-vous attirer et retenir les talents et les clients dans ce nouveau contexte ?
Transmettez

Mettez clairement des mots sur tous les avantages que représente l’appartenance à un groupe, une communauté et une équipe. Expliquez comment une plus grande autonomie individuelle peut coexister avec le collectif, pour le bien de l’entreprise.
Agissez

Soyez créatif pour adapter la proposition de valeur de votre entreprise, afin qu’elle réponde aux attentes des salariés qui développent par ailleurs d’autres sources de revenus. Agissez sur les éventuels points faibles de votre organisation pour retenir vos talents.

2. VERS LA FIN DE L'ABONDANCE

Le constat :

Au cours de l’année écoulée, nombreux sont les consommateurs qui se sont retrouvés devant des rayons vides ou ont connu une flambée de leurs factures d’énergie. Certains ont même subi des coupures dans les services de la vie quotidienne : un choc pour ceux d’entre nous qui pouvaient jusqu’ici obtenir tout ce qu’ils voulaient sans effort, c’est-à-dire ceux qui avaient la chance de vivre dans un monde d’abondance.

La crise de la Supply Chain a débuté avec le confinement et ses conséquences sur l’industrie manufacturière, elle a continué avec le blocage du canal de Suez4par le porte-conteneurs Ever Given, puis elle a empiré avec la paralysie des plus grands ports du monde5, la pandémie de COVID-19 ayant entraîné une pénurie de main d’œuvre. Résultat : depuis le café jusqu’aux semi-conducteurs, une multitude de matériaux, de pièces détachées et de biens sont venus à manquer.

Dans bien des pays, ces questions ont brutalement mis un frein à la « mentalité d’abondance ». Du jour au lendemain, la pénurie s’est frayée un chemin dans nos esprits pour devenir une réalité.
Un autre grand catalyseur ne peut pas être passé sous silence : le changement climatique. Inondations d’ampleur inédite, feux de forêt dévastateurs... Face aux catastrophes naturelles, nous commençons à comprendre l’impact qu’ont nos modes de consommation sur la planète.

Les événements de l’an dernier ont également révélé l’interdépendance de nos infrastructures commerciales, une réalité que les consommateurs ne percevaient peut-être pas auparavant. Certaines de ces interconnexions ont eu des conséquences totalement inattendues. Par exemple, la flambée des prix du gaz à l’échelle mondiale a obligé le premier producteur d’engrais britannique à suspendre sa production, provoquant une réaction en chaîne imprévue, avec la chute brutale des stocks d’un de ses sous-produits – le CO2 industriel – qui, à son tour, a menacé l’approvisionnement en aliments conditionnés sous plastique, tels que la viande.6

Les événements de l’an dernier ont également révélé l’interdépendance de nos infrastructures commerciales, une réalité que les consommateurs ne percevaient peut-être pas auparavant. Certaines de ces interconnexions ont eu des conséquences totalement inattendues. Par exemple, la flambée des prix du gaz à l’échelle mondiale a obligé le premier producteur d’engrais britannique à suspendre sa production, provoquant une réaction en chaîne imprévue, avec la chute brutale des stocks d’un de ses sous-produits – le CO2 industriel – qui, à son tour, a menacé l’approvisionnement en aliments conditionnés sous plastique, tels que la viande.6
Lorsqu'elles conçoivent l'équilibre entre accessibilité financière et durabilité, les entreprises doivent dissocier l'innovation de la notion de « nouveauté ».

Et ensuite ?

CE QUE NOUS SUGGÉRONS

Réfléchissez

Penchez-vous sur cette disruption de la Supply Chain et analysez leurs répercussions sur votre entreprise et sur vos clients. N’y-a-t-il pas de nouveaux business models à créer en prolongeant la durée de vie de vos produits ?
Transmettez

Expliquez à vos équipes R&D qu’innovation n’est pas nécessairement synonyme de « nouveau produit ». Souvent, c’est lorsqu'il faut composer avec des contraintes qu’émergent les solutions les plus créatives.
Agissez

Établissez votre roadmap de développement durable, afin de mener votre entreprise et vos clients vers la neutralité carbone – et au-delà, vers des objectifs de positivité environnementale.

3. AU-DELÀ DE NOTRE MONDE

Le constat :

La fièvre du métavers enflamme le monde, avec son lot de promesses et de passions, mais aussi de questions sans réponse.

Le métavers est une nouvelle convergence des mondes physique et digital, une évolution de l’Internet qui permet aux utilisateurs de dépasser la « navigation » pour « habiter » une expérience partagée, que viennent soutenir les progrès de la 3D, de la réalité augmentée (RA) et de la réalité virtuelle (RV). C’est un nouvel espace de rencontre et d’échanges, où des actifs numériques (des terrains, des immeubles, des objets, des avatars et même des noms) peuvent être créés, achetés et vendus. Ce nouvel environnement est porteur de changements culturels et comportementaux en ligne. Pour y trouver une place, les marques doivent comprendre comment leurs clients évoluent dans ce nouveau monde - s’ils y sont présents.

Dépassant l’univers du gaming où il a vu le jour, le métavers est aussi en train de devenir, pour certains, une nouvelle source de revenus. L’« économie des créateurs », en plein essor, préfigure déjà les emplois du métavers : les créateurs produiront des actifs ; les artistes, des contenus en temps réel ; les « jeteurs de pont » créeront des passerelles entre le monde physique et le monde digital ; les participants se formeront, découvriront d’autres horizons et s’amélioreront ; les entrepreneurs concevront et orchestreront des expériences ; la communauté apportera son aide, attirera de nouveaux utilisateurs et interagira avec eux. 8D’autres convertissent d’ores et déjà le jeu et l’apprentissage en revenus. Les modèles « play-to-earn », « create-to-earn » et « learn-to-earn » convertissent tous des activités de loisir en activité professionnelle.

Dans le même temps, créateurs et artistes donnent une valeur à leurs productions (vidéo, musique, événements, œuvres d’art numérique…) grâce aux NFTs (abréviation de « non-fongible tokens » ou « jetons non-fongibles » en Français). Ces NFTs permettent d’authentifier le fait qu’un actif digital appartient à une personne en particulier. Autrement dit, le titre de propriété est unique et ne peut être copié. Résultat : la rareté des articles digitaux les rend désirables et leur valeur peut potentiellement augmenter, ce qui est totalement nouveau sur internet.

Autre nouveauté observée en 2021 : les consommateurs recherchent des expériences multi-joueurs qui dépassent le seul cadre du gaming pour s’étendre à d’autres activités, comme regarder des films, par exemple. Netflix a ainsi créé une nouvelle fonctionnalité qui permet à ses utilisateurs de visionner des contenus ensemble, même s’ils ne sont pas physiquement réunis.9

Plus qu’une immersion dans un univers fantastique où déambulent dragons et licornes, le métavers permet plutôt d’échapper aux limites physiques pour passer du temps dans un espace virtuel qui est une autre version, voire une extension, de la vie réelle.

Il sera intéressant de suivre l’évolution du métavers dans les mois et les années à venir. À quoi aboutira-t-il finalement ? Nous avons plus de questions que de réponses à ce sujet. Mais une chose est certaine : cette première vision du métavers ne sera pas la dernière.
Alors que les marques tirent parti des opportunités offertes par le métavers, nous les encourageons à initier un débat sur l'éthique concernant l'identité de leurs collaborateurs et leur mission.

Et ensuite ?

CE QUE NOUS SUGGÉRONS

Réfléchissez

Imaginez votre produit dans le métavers : comment vos clients présents dans le métavers le perçoivent-ils, comment l’achètent-ils, où l’emmènent-ils, comment l’utilisent-ils ? Le cycle de vie de votre produit, de votre marque et des expériences que vous proposez exige un changement radical d’état d’esprit. Le métavers est un espace, un lieu – et non pas un canal de plus.
Transmettez

Demandez aux utilisateurs du métavers (en particulier les jeunes) de vous parler de leurs jeux préférés et des vêtements qu’ils achètent pour leurs avatars. Discutez des expériences qu’ils partagent avec leurs amis en ligne, afin d’en savoir plus sur le potentiel du métavers.
Agissez

Adoptez une approche ludique et curieuse du métavers, mais sans jamais oublier les enjeux de responsabilité, d’éthique et de respect de l’environnement.

4. LA VÉRITÉ, RIEN QUE LA VÉRITÉ

Le constat :

Les marques seront probablement de plus en plus en concurrence les unes avec les autres concernant les informations qu'elles partagent ou non. Si l'une décide de ne pas en inclure, d'autres le feront certainement.

Et ensuite ?

CE QUE NOUS SUGGÉRONS

Réfléchissez

Observez les questions que les consommateurs posent en ce moment dans (et à propos de) votre domaine d’activité. En dehors des canaux que vous maîtrisez, recherchez par quels moyens les consommateurs obtiennent des informations sur votre entreprise ou vos produits. Réfléchissez ensuite aux contenus que vous pouvez créer pour qu’ils n’aient plus à rechercher ces informations ailleurs.
Transmettez

Montrez à vos clients que vous jouez la carte de la transparence et du partage d’information, afin qu’ils se sentent en confiance lorsqu’ils effectuent leurs achats chez vous.
Agissez

Produisez de nouveaux contenus pour renforcer la confiance des clients et démontrez votre engagement à répondre aux questions toujours plus nombreuses concernant vos produits et vos services. Et veillez à ce que ces informations soient facilement accessibles, quel que soit le canal. Utilisez les données pour bien comprendre les informations recherchées par vos clients.

5. PRENEZ-EN SOIN

Le constat :

Communiquer sur le fait de prendre soin de ses clients renforce la confiance dans la marque. Cela signifie mettre en avant les moments qui comptent, créer de nouveaux services et exploiter la technologie.

Et ensuite ?

CE QUE NOUS SUGGÉRONS

Réfléchissez

Considérez l’attention que vous portez à vos clients et collaborateurs comme une chose qui est autant formelle qu’informelle. C’est un travail important et exigeant sur le plan émotionnel. Pensez à une façon d’élaborer des produits et services (et les KPIs associés) qui répondent aux besoins de ceux dont le travail quotidien consiste à prodiguer des soins.
Transmettez

Communiquez clairement l’idée que prendre soin des autres n’a rien d’un intérêt commercial. Définissez ce que cette idée de bienveillance signifie pour votre entreprise, puis utilisez-là comme fil conducteur dans votre travail de design et vos communications.
Agissez

Débarrassez votre entreprise des points de frictions pour vos collaborateurs et vos clients. Recherchez des moyens de limiter le « bruit » (dans vos communications, vos processus internes, vos produits et services…), afin de libérer les équipes, pour qu’elles puissent se consacrer aux tâches importantes.

Restons en contact

Restons en contact

Restons en contact