ETUDE

En bref

En bref

  • La crise de la COVID-19 risque d’entraîner une chute brutale de l’investissement et replonger la France dans la spirale de la désindustrialisation.
  • Pour éviter ce scenario noir, un ambitieux plan de relance de l’industrie française, évalué à 120 milliards d’euros, est nécessaire.
  • Ce plan doit privilégier la relocalisation de produits stratégiques et l’investissement dans les technologies d’avenir les plus prometteuses.
  • Pour soutenir cette reconquête industrielle et bâtir une société plus résiliente, nous avons identifié cinq leviers d’action.


Il faut sauver l’industrie française

Alors que la France n’est pas encore sortie de la crise sanitaire de la Covid-19, elle est déjà touchée par une crise économique qui risque de porter un coup de frein brutal à la relance de l’industrie, engagée depuis 2012. La valeur ajoutée industrielle devrait ainsi baisser de 20 % en 2020. Ce retournement va amputer significativement les capacités d’investissement de l’industrie d’environ 50 milliards d’euros en 2020 et 2021.

La France, dont l’industrie représente entre 12 et 13 % du PIB contre plus de 20 % en Allemagne, pourrait replonger dans un processus de désindustrialisation aux lourdes conséquences économiques et sociales. Si l’on ne fait rien, de 600 000 à 1 million d’emplois pourraient être supprimés.

Par ailleurs, la crise sanitaire a révélé les faiblesses structurelles de l’industrie française. Les tensions d’approvisionnement dans les hôpitaux ont mis en lumière la fragilité de certaines chaînes de valeur et la forte dépendance aux importations.

Outre la santé, d’autres filières stratégiques comme l’industrie électrique et électronique, le secteur des machines et équipements ainsi que la métallurgie et la mécanique, sont considérées comme particulièrement vulnérables. Au total, ces activités stratégiques et fragiles représentent environ 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

La reconquête industrielle est possible

La désindustrialisation n’est pas une fatalité. La volonté de reconquête de notre souveraineté industrielle est aujourd’hui largement partagée par la classe politique et l’opinion publique.

Si certaines mesures ont déjà été prises, il est possible d’aller plus loin en lançant un plan ambitieux de développement de l’industrie française d’un montant de 120 milliards d’euros. L’objectif de ce plan est double. Il doit viser à renforcer la souveraineté industrielle et préparer l’avenir.

  • Développer l'industrie d'aujourd'hui : Il ne s’agit pas de relocaliser aveuglément, mais de se repositionner sur des produits stratégiques et vulnérables qui peuvent être fabriqués en France à des coûts compétitifs.
  • Construire l'industrie de demain : Il est nécessaire d’investir dans les technologies les plus prometteuses (batteries innovantes, thérapie cellulaire et génique, piles à hydrogènes…) afin d’éviter qu’elles ne deviennent les nouvelles zones de fragilité de l’économie française.

Au total, 57 milliards d’euros de valeur ajoutée et près de 600 000 emplois directs et indirects pourraient être ainsi créés en France dans les cinq prochaines années.

Une panoplie d’outils à mettre en œuvre

Ce plan de reconquête industrielle doit s’appuyer sur cinq principaux leviers d’actions :

  • Créer un ou plusieurs fonds de soutien

La création de fonds pour soutenir l'industrie pourrait prendre la forme de prêts à clause de remboursement non limitée dans le temps ou à très long terme, agissant comme des quasi fonds propres.

  • Renforcer la compétitivité

Outre la baisse des impôts de production déjà annoncée, l’amélioration de la flexibilité du travail et l’élaboration d’un pacte innovant entre consommateurs et producteurs sont des clés de succès.

  • Exploiter les dispositifs d’insertion

Les dispositifs « d’inclusion par l’emploi » peuvent permettre de concurrencer certains pays à bas coûts et de relocaliser certaines productions.

  • Diversifier les approvisionnements

Quand produire en France n’est pas pertinent (défaut de compétitivité, barrières d’entrée trop élevées…), une stratégie de diversification des sources d’approvisionnement doit être mise en place.

  • Augmenter l’attractivité industrielle

La France possède une forte attractivité industrielle sur le plan des compétences, mais des vecteurs d’amélioration existent : simplification des procédures d’implantations, création de sites clés en main et réduction de la fiscalité.

Max Blanchet

Directeur Executif Industry X – Accenture Strategy Europe


Hugues Tourel

Managing Director – Health & Public Service, France And Benelux


Nicolas Moreau

Directeur – Industry X Accenture Strategy​

POUR ALLER PLUS LOIN

La collaboration Interfonctionnelle
Distribuer les dividendes du digital

Inscription
Restez informé avec nos dernières publications Restez informé avec nos dernières publications