Skip to main content Skip to Footer

DILA : Accenture accompagne la première expérimentation Cloud de l’État français

Le premier prototype cloud intergouvernemental.

Présentation

Rattachée au Secrétariat général du Gouvernement, la DILA (Direction de l’information légale et administrative) exerce des missions d’information administrative, de diffusion légale et d’édition publique. Elle agit aux côtés de la Direction interministérielle pour la modernisation de l’action publique (DIMAP) et de la Direction interministérielle des systèmes d’information et de communication de l’État (DISIC).

La DILA diffuse des informations publiques sous forme imprimée et numérique, par le biais :

  • du Journal officiel

  • du Bulletin officiel d’annonce des marchés publics

  • de sites comme legifrance.gouv.fr, info-financiere.fr

  • de portails citoyens — vie-publique.fr, service-public.fr, mon.service-public.fr

  • de la Documentation française

Ces services facilitent l’information et les démarches administratives des citoyens, et soutiennent des processus d’Etat, à l’image de l’application Solon, flux automatisé de textes de lois circulant entre les services du Premier ministre et les cabinets des ministères, avant leur promulgation officielle.

Objectifs

Pays marqué par la centralisation, la France dispose paradoxalement d’une informatique en silo, chaque ministère étant doté de ses systèmes d’information. Les possibilités offertes par le cloud et la nécessité de rationaliser les dépenses publiques changent peu à peu le cadre. Ainsi, en partenariat avec Accenture, la Direction de l’information légale et administrative — rattachée au Premier ministre — a créé le premier prototype cloud intergouvernemental complet (IaaS, PaaS, SaaS) .

« Notre infrastructure doit ainsi s’adapter de façon dynamique aux flux de connexions pour tous les portails que nous hébergeons, explique Jean-François Imokrane, responsable du pôle organisation des systèmes d’information de la DILA. Or, depuis 2010, nous savions que notre centre informatique vieillissait et se fragilisait. Nous avons donc décidé de créer un nouveau centre, fondé sur le cloud, afin de garantir la disponibilité et la performance de nos services, de rationaliser nos coûts d’exploitation, et de pouvoir activer plus rapidement les services en ligne » .

La nature des services rendus à l’administration et aux citoyens rend le système d’information de la DILA particulièrement exposé et placé sous une forte contrainte opérationnelle, 24 heures sur 24, 365 jours par an. Cette contrainte se traduit par une exigence de qualité et un impératif de continuité du service qui structurent l’organisation, les modes de fonctionnement et les choix techniques.

Il s’agit notamment de publier des contenus de qualité, dans les délais impartis par le calendrier légal — par exemple, tout retard dans la loi de finance entrainerait des conséquences juridiques et fiscales lourdes pour le gouvernement. C’est également le cas des téléservices (centres d’appels, sites d’utilité publique) destinés aux citoyens ou aux agents de l’État.

Réalisations

Créer une nouvelle infrastructure cloud
En septembre 2011, au terme d’un appel d’offres, la DILA désigne Accenture comme architecte technique de ce centre informatique de nouvelle génération. Ce choix s’est justifié par la capacité d’Accenture à aligner les enjeux technologiques sur le modèle opérationnel du client, et par son expérience en matière de modernisation des services publics à travers le monde. « Face à ses concurrents, Accenture a vraiment fait la différence par sa capacité à accompagner notre transformation, par une conduite du changement bien identifiée et formalisée », explicite Jean-François Imokrane.

La prestation d’Accenture englobe :

  • la conception de l’architecture du centre cloud installé à Paris,

  • la fourniture et l’intégration de la plate-forme virtualisée Flexpod, constituée des logiciels VMware, des équipements de réseau Cisco et des baies de stockage NetApp,

  • la mise en place des outils de supervision de la sécurité, de la disponibilité et de la performance de la plate-forme,

  • les tests et la mise en production,

  • l’assistance matérielle et logicielle,

  • la conduite du changement auprès des équipes de la DILA.

Expérimenter le premier cloud interministériel
Début 2013, la DILA et la DISIC ont souhaité mobiliser autour de ce prototype le maximum de ministères pour partager cette nouvelle culture « orientée services ».

Début 2013, Accenture est mandaté pour assister la DILA dans l’élaboration de ce prototype, sur la base du centre cloud existant, et constitué :

  • d’infrastructures en tant que service (IaaS), avec cent machines virtuelles Linux Red Hat et Microsoft Windows,

  • de plates-formes en tant que service (PaaS), pour des développements collaboratifs,

  • de logiciels offrant des services (SaaS), d’urbanisation et de modélisation.

Résultats

Accenture a ainsi aidé la DILA à identifier les enjeux, définir l’offre, les coûts et les prix, formalisé les solutions et les modes de fonctionnement, identifié les processus à faire évoluer — par exemple, comment autoriser les responsables informatiques et opérationnels des ministères à acheter des prestations cloud, sans passer par le traditionnel circuit de validation ? Accenture a par ailleurs aidé les ministères partenaires à configurer leurs flux d’information et à les sécuriser.

Les bénéfices de la solution mise en oeuvre sont multiples :

  • l’agilité, en garantissant la simplicité dans l’activation des nouveaux services,

  • la réduction du coût total de possession, en rationnalisant les ressources du centre de données,

  • la simplification des opérations en limitant radicalement le nombre d’appareils nécessitant des opérations de configuration, gestion, alimentation, refroidissement, câblage,

  • le respect des standards ouverts pour une intégration facilitée à l’environnement informatique de la DILA comme à celui d’autres organismes publics.

Au plan économique, ce nouveau centre consomme cinq fois moins d’énergie, nécessite trois fois moins de surface, tout en augmentant la capacité de 300 serveurs.