Skip to main content Skip to Footer

DERNIÈRE PUBLICATION


CONTEXTE

Les départements R&D sont les joyaux des entreprises high-tech. Pourtant, confrontés aux incessantes demandes de nouveaux produits exprimées par les clients, ils ont perdu de leur superbe.

Dans l’industrie high-tech, l’innovation ne souffre pas d’un manque d’investissement. Elle est freinée car les investissements actuels ne profitent pas à l’amélioration de l’agilité et des performances de la R&D. Les entreprises high-tech doivent redynamiser leurs programmes d’innovation en s’appuyant sur les technologies digitales et des écosystèmes étendus de talents. L’enjeu est de garantir aux futurs collaborateurs de la R&D le temps et les ressources nécessaires pour développer les solutions qu’attendent les clients.

TÉLÉCHARGER LE RAPPORT (EN ANGLAIS) [PDF]

TÉLÉCHARGER LA TRANSCRIPTION VIDÉO (EN ANGLAIS) [PDF]

RÉSULTATS CLÉS

Trois obstacles majeurs entravent la capacité d’innovation des talents de la R&D dans la high-tech :

  • Le manque d’efficacité. Pour libérer les équipes de R&D de leurs tâches routinières, les entreprises high-tech se sont dotées de centres d’innovation. Mais même dans ces centres, les ingénieurs consacrent un tiers de leur temps à des activités sans valeur ajoutée.

  • L’innovation fermée. En ne s’ouvrant pas aux idées et aux expertises externes, de nombreuses entreprises high-tech manquent des occasions d’innover et de se préparer à la révolution digitale. Quelque 95 % des entreprises qui se considèrent « aptes aux disruptions » ont mis en place des environnements de R&D collaboratifs. Et 96 % de ces entreprises
    « collaboratives » affichent une amélioration des performances de leur R&D.

  • L’immaturité digitale. La plupart des services de R&D ne réussissent pas encore à profiter pleinement de la force d’innovation du digital. Par exemple, avec l’automatisation robotisée des processus (RPA), l’aptitude des talents à se consacrer à des tâches à forte valeur ajoutée augmente de 43 %. Les entreprises high-tech qui n’appliquent pas les nouvelles technologies, comme la RPA, prendront du retard.

RECOMMANDATIONS

Les entreprises high-tech doivent désormais agir :

AUTEURS

 

VOUS POUVEZ AUSSI LIRE