Skip to main content Skip to Footer

Nouvelles énergies – La gestion de l’eau dans l’exploitation des gaz de schiste

L’exploitation des gaz de schiste a transformé le paysage énergétique aux États-Unis et pourrait se développer considérablement dans le reste du monde.

Présentation

Cependant, il existe des préoccupations d’ordre environnemental, notamment en ce qui concerne l’utilisation de l’eau. Cette étude Accenture « Water and Shale Gas Development: Leveraging the US experience in new shale developments » se base sur l’expérience américaine qui est riche de nombreux enseignements. Elle porte sur trois aspects majeurs relatifs à la gestion de l’eau dans l’exploitation des gaz de schiste.

Il s’agit de la réglementation, la gestion et la circulation de l’eau. L’étude met en lumière les aspects que les exploitants de nouveaux gisements doivent prendre en compte. Elle comporte également des considérations spécifiques pour l’Argentine, la Chine, la Pologne et l’Afrique du Sud. Elle se conclut par des enseignements à mettre à profit sur les nouvelles exploitations et les conséquences pour les compagnies exploitantes.

Résultats clés

Si les réserves de gaz de schiste en dehors des États-Unis n’en sont qu’aux premiers stades d’exploitation, de nombreux enseignements tirés de l’expérience américaine peuvent néanmoins être mis à profit. Ils sont principalement au nombre de six :

  1. La collecte et la gestion des données sont critiques et doivent être planifiées en amont pour permettre de satisfaire les autorités chargées de la réglementation et de comprendre les incidences sur l’environnement.

  2. Le besoin de trouver un équilibre entre la législation nationale et une réglementation locale optimisée en fonction des caractéristiques des sols (géologie, profondeur du schiste, rareté de l’eau).

  3. Dans ce paysage en évolution constante, les options de gestion de l’eau peuvent elles aussi évoluer. Impliquer de manière proactive les exploitants dans l’élaboration de la réglementation facilitera le déploiement de solutions efficaces et réduira les coûts de mise en conformité.

  1. Les problèmatiques et les solutions varient suivant les zones géographiques, la géologie des sols et les particularités locales ; il est donc important de trouver des solutions au niveau régional pour mutualiser les connaissances des exploitants.

  2. Il est utile d’investir dans des solutions créatives de gestion de l’eau, en particulier dans les solutions de traitement. Ces investissements assureront un avantage concurrentiel sur le long terme, en cas de durcissement du cadre réglementaire ou de pénurie d’eau. Toutefois les entreprises de traitement de l’eau devront gagner en efficacité.

  3. Le modèle d’exploitation logistique aura une incidence sur l’écoulement de l’eau, l’efficience et la traçabilité de sa gestion. De nouveaux marchés offrent la possibilité de concevoir des éléments propres à un bassin hydrographique.

Recommandations

Les conséquences pour les exploitants de gaz de schiste s’articulent autour de cinq principaux domaines sur lesquels ceux-ci devraient se concentrer pour réussir dans les conditions actuelles:

  • En raison des obligations plus strictes relatives aux données concernant les flux de matières utilisées pendant tout le cycle d’exploitation des gaz de schiste, notamment l’eau, il est vital pour les exploitants d’optimiser leurs capacités de gestion de ces données.

  • Les méthodes d’élimination des eaux usées varient, chacune ayant ses avantages et inconvénients. À terme, les compagnies exploitantes devront continuellement rechercher des possibilités d’amélioration de recyclage de volumes plus importants, à moindre coût, tout en gagnant en efficacité.

  • Compte tenu de l’intensité et de l’ampleur des injections d’eau nécessaires à l’extraction des gaz de schiste, les compagnies doivent songer à faire de la logistique un aspect essentiel de leur stratégie d’exploitation et à adopter des pratiques et modèles de pointe en la matière, tout en poursuivant activement une collaboration entre bassins sur les nouveaux sites.

  • Avec une pression sur les sources d’eau douce au niveau mondial, la vigilance croissante du public et la surveillance de l’utilisation de l’eau pour l’exploitation des gaz de schiste, la priorité sera de plus en plus de réduire la consommation d’eau dans les processus de production. À terme, les exploitants devront trouver des solutions pour limiter à la fois l’injection et les rejets d’eau.

  • La collaboration avec les autorités chargées de la réglementation et les autres exploitants - en vue de réduire l’intensité du bassin (par exemple en mutualisant la logistique, les capacités excédentaires et les infrastructures) et de faciliter le traitement de l’eau (par la mutualisation des installations régionales) - joue un rôle clé pour surmonter les problèmes posés par un durcissement de la réglementation.