Skip to main content Skip to Footer

PUBLICATIONS


Accélérer la migration numérique des systèmes de retraite—Podcast

Découvrez comment les organismes de retraite peuvent tirer parti des technologies S.M.A.C. (médias sociaux, mobilité, analytique et cloud)

[MP3, 3.21MB]
[Running time 03:30]
Aide Podcast

Aide PDF

Votre organisme de retraite est-il entré de plain-pied dans l’ère des technologies S.M.A.C. (médias sociaux, mobilité, analytique et cloud) ou en est-il encore à faire ses premiers pas ? Ces technologies contribuent à satisfaire les attentes des usagers tout en renforçant l’infrastructure numérique de votre organisation.

Certaines administrations ont déjà franchi le pas. En Inde, par exemple, où le gouvernement déploie actuellement des initiatives liées à la mobilité afin de faciliter la communication avec quelque cinq millions de citoyens. 16,3 millions de dollars ont ainsi été investis dans le nouvel environnement cloud.

Fort rentable, ce type d’investissement repose sur des outils devenant nécessité. En effet, les citoyens s’habituent à être connectés pour tous les aspects de leur vie. Ils s’attendent donc à ce que leur organisme de retraite leur propose des services personnalisés par ce biais.

L’investissement dans les technologies S.M.A.C. se révèle également indispensable pour solidifier l’organisation. Les systèmes de retraite reposent entièrement sur l’automatisation de la gestion en arrière-plan (back office). Que se passerait-il en cas d’indisponibilité ? Désormais, une défaillance informatique se paye au prix fort : le coût moyen par minute d’une panne d’un centre de données a augmenté de 41 % depuis 2010.

De leur côté, les usagers, qui risquent de ne pas recevoir leur pension dans les délais, ne sont pas non plus épargnés. En créant une infrastructure « toujours connectée », il est possible de satisfaire les usagers et les parties prenantes qui sollicitent en permanence les processus, les services et les systèmes.

La migration numérique des systèmes de retraite emprunte de multiples chemins. Une meilleure exploitation des potentialités digitales aiderait les organismes de retraite à optimiser leurs ressources, automatiser leurs processus administratifs et à se doter d’une « dorsale » technologique d’avenir.