Skip to main content Skip to Footer

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Etude EURELECTRIC/Accenture : les dépenses d’énergie de l’Europe

En savoir plus

Une réforme du système énergétique pourrait faire économiser à l’Europe jusqu’à 81 milliards d’euros sur ses dépenses annuelles d’énergie, selon une nouvelle étude d’EURELECTRIC et Accenture

PARIS, le 2 juin 2014 – Une réforme du système énergétique européen pourrait réduire les dépenses d’énergie de 27 à 81 milliards d’euros par an d’ici à 2030, selon une nouvelle étude intitulée « S’engager pour une transition énergétique européenne durable et efficace » (Forging a joint commitment to sustainable and cost-efficient energy transition in Europe), réalisée par Accenture pour EURELECTRIC.

L’étude révèle que les dépenses de l’Europe en électricité et en gaz (égales au produit des prix par les volumes consommés) ont explosé de plus de 18 % ces dernières années, passant de 450 milliards d’euros en 2008 à 532 milliards en 2012. L’électricité représente la majeure partie de l’augmentation enregistrée. La hausse des prix est presque seule responsable de cette montée en flèche, tirée dans une large mesure par le soutien aux énergies renouvelables, tandis que les volumes consommés sont pour l’essentiel restés stables. Faute d’un effort concerté des acteurs du secteur, des décideurs politiques et des consommateurs pour une gestion plus efficace du système énergétique, la facture totale pourrait grimper de 50 % à l’horizon 2030.

« Il est urgent de procéder à une restructuration en profondeur du système énergétique européen si nous voulons obtenir le soutien et la confiance des consommateurs sans détruire la compétitivité de notre secteur, souligne Hans ten Berge, secrétaire général d’EURELECTRIC. Notre étude montre que, moyennant la mise en place de politiques adaptées afin de remédier à la situation actuelle, la transition énergétique pourrait faire économiser à chaque citoyen européen plus d’une centaine d’euros par an. »

Jérémie Haddad, directeur en charge des activités de commercialisation d'énergie pour Accenture France, ajoute que la mise en œuvre de la transition énergétique n’a jusqu’ici guère été optimale en Europe : « Cette étude montre que la principale raison de cette faible optimisation tient à l’absence d’un marché européen unique de l’énergie, mais aussi à la baisse plus lente que prévue du coût de certaines nouvelles technologies énergétiques et au déploiement moins rapide qu’escompté des mesures d’efficacité énergétique. Les différents acteurs reconnaissent l’impact majeur de la croissance des dépenses d’énergie sur les ménages et les entreprises en Europe, et tous conviennent de l’urgence du problème, mais il existe encore un décalage considérable entre la prise de conscience et le passage à l’acte. »

Une optimisation des systèmes d’énergie renouvelable pourrait générer jusqu’à 20 milliards d’euros d’économies
L’étude estime qu’une optimisation des systèmes d’énergie renouvelable se traduirait par une économie de 10 à 20 milliards d’euros sur les dépenses énergétiques annuelles. En matière de production, la coordination des installations d’énergie renouvelable à travers l’Europe permettrait une nette réduction des coûts via l’implantation des nouvelles capacités sur les sites les mieux exposés en termes d’ensoleillement et de vent, et selon une combinaison appropriée, afin d’optimiser les facteurs de charge et les coûts d’intégration par-delà les frontières nationales.

« Ce résultat pourrait être obtenu par une harmonisation des dispositifs nationaux de soutien sur le court terme, puis par une intégration progressive des énergies renouvelables au marché de l’électricité (en faisant participer leur producteurs aux coûts opérationnels additionnels de gestion), ainsi que par un partage global des objectifs fixés en matière d’énergies renouvelables à travers l’Europe. À terme, un mécanisme tarifaire efficace de prise en compte des émissions de CO2 pourrait graduellement remplacer les subventions publiques », indique Jérémie Haddad.

Une gestion plus intelligente du réseau conduirait à économiser jusqu’à 15 milliards d’euros
La croissance de la production distribuée fait peser d’importantes contraintes financières et techniques sur les réseaux de distribution. D’ores et déjà, des projets de production locale d’énergie se trouvent retardés faute d’une capacité d’accueil sur le réseau. La solution consiste à passer à un mode de gestion active du système, dans lequel la capacité, la demande et la performance des infrastructures sont gérées à distance et davantage en temps réel, au moyen de solutions smart grid et de technologies analytiques avancées.

Les économies estimées qui pourraient en résulter sur les dépenses annuelles d’énergie s’échelonnent entre 5 et 15 milliards d’euros – sous réserve que les instances de réglementation mettent en place un cadre permettant aux opérateurs des réseaux de gérer leurs infrastructures plus activement.

Une amélioration de la gestion dynamique de la demande et de l’efficacité énergétique permettrait d’économiser jusqu’à 20 milliards d’euros
Le système d’électricité a traditionnellement été conçu pour répondre aux besoins de capacité, de sorte que la gestion des pics de demande représente une part majeure des coûts globaux. Un lissage de la charge par le report de certains pics pourrait nettement réduire les coûts et améliorer la fiabilité, aboutissant à des économies totales comprises entre 5 et 20 milliards d’euros chaque année sur les dépenses d’énergie.

Jérémie Haddad est d’avis que la levée progressive des obstacles à l’efficacité énergétique pourrait offrir aux consommateurs des moyens plus simples et économiques de réduire leur consommation d’énergie : « Il peut s’agir par exemple d’améliorer l’accès aux données de consommation grâce à des compteurs intelligents et à d’autres équipements installés dans la maison du consommateur final, d’accompagner les opérateurs dans le développement de nouveaux modèles économiques et de partenariats commerciaux susceptibles de favoriser une meilleure gestion de l’énergie, ou encore d’instaurer de nouveaux mécanismes de financement des investissements dans l’efficacité énergétique. »

Hans ten Berge conclut que le succès de cette démarche dépend d’une mobilisation collective du secteur de l’énergie, des décideurs politiques et des instances réglementaires, des associations de consommateurs, des industriels et des groupes environnementaux afin que tous rapprochent leurs points de vue et aillent de l’avant pour élaborer un programme commun de changement.

Méthodologie de l’étude

Accenture et EURELECTRIC ont utilisé des sources de données disponibles sur les tendances en matière de consommation et de dépenses énergétiques, ainsi que des analyses existantes spécialisées dans ce domaine, afin d’évaluer les évolutions récentes et d’en tirer des projections de scénarios futurs, en s’appuyant sur l’étude EURELECTRIC PowerChoices Reloaded datant de 2013. Des publications, des avis d’experts et des modélisations et analyses réalisées par Accenture ont servi de base à l’identification et l’appréciation des quatre principaux facteurs d’économies. L’analyse s’est cantonnée à huit pays : Allemagne, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni et Suède.

À propos d’Accenture

Accenture est une entreprise internationale de conseil en management, technologies et externalisation. Combinant son expérience et ses capacités de recherche et d’innovation développées et mises en œuvre auprès des plus grandes organisations du monde sur l’ensemble des métiers et secteurs d’activité, Accenture aide ses clients - entreprises et administrations - à renforcer leur performance. Avec 289 000 employés intervenant dans plus de 120 pays, Accenture a généré un chiffre d'affaires de 28,6 milliards de dollars au cours de l'année fiscale clôturée le 31 août 2013. Site Web : www.accenture.com/fr

À propos d’EURELECTRIC

EURELECTRIC est le porte-parole des professionnels de l’énergie électrique en Europe, représentant dans une trentaine de pays européens plus de 3 500 entreprises qui opèrent dans la production, la distribution et la fourniture d’électricité. L’organisation, dont le secrétariat permanent se trouve à Bruxelles, est également présente sur plusieurs autres continents par le biais de filiales et organismes associés. Elle milite pour la neutralité carbone de l’électricité à l’horizon 2050, l’établissement de tarifs compétitifs pour les clients et le développement d’une électricité à dimension continentale grâce à une approche européenne cohérente. De plus amples informations sur les activités d’EURELECTRIC sont disponibles sur le site www.eurelectric.org.