Skip to main content Skip to Footer

Communiqué de presse



Véhicules électriques : Chine et Etats-Unis, les deux marchés les plus porteurs

L’Europe, le Japon et la Corée laissent également entrevoir des perspectives de croissance

Paris, le 27 février 2017 – L’amélioration des conditions du marché crée un fort potentiel de croissance pour les ventes de voitures électriques (VE) en Chine et aux États-Unis. Au-delà de ces deux pays, la conjugaison de facteurs technologiques, économiques et politiques, avec notamment la multiplication des modèles de VE visant un marché de masse au cours des années à venir, pourrait fort bien offrir aux constructeurs automobiles une dizaine de marchés de croissance supplémentaires, justifiant de nouveaux investissements de leur part.

Accenture a en effet analysé 14 marchés intérieurs (Brésil, Canada, Chine, France, Allemagne, Inde, Japon, Pays-Bas, Norvège, Russie, Corée du Sud, Suède, Royaume-Uni, et États-Unis) afin d’identifier les caractéristiques clés qui façonnent l’attractivité du marché VE. Celle-ci est définie comme la mesure dans laquelle l’achat d’un véhicule électrique constitue, pour le consommateur, une option plus attractive que celui d’un véhicule conventionnel, en termes à la fois monétaires et non monétaires. Les principaux facteurs à l’œuvre peuvent être spécifiques à chaque marché (règlementations nationales ou politique de subventions, par exemple) ou de nature plus générale (comme l’autonomie des véhicules et l’accessibilité des tarifs).

Tous les pays ont été classés par rapport à des facteurs technologiques, économiques et politiques, puis positionnés au sein d’une matrice. Deux marchés incontournables se détachent pour le segment VE, à savoir la Chine et les États-Unis, compte tenu à la fois de leur taille et de leur croissance. Les facteurs clés incluent notamment le nombre élevé de consommateurs suffisamment fortunés pour se permettre l’achat d’un véhicule électrique, ainsi que l’existence d’une infrastructure de recharge bien développée. Selon Accenture, les constructeurs automobiles doivent privilégier la Chine et les États-Unis dans leurs investissements visant à renforcer les réseaux de distribution, tout en adaptant leurs portefeuilles de produits de façon à répondre aux préférences spécifiques sur les marchés à haut potentiel.

« Les constructeurs automobiles doivent tirer le meilleur parti de la prime au premier entrant sur les marchés présentant un potentiel de croissance fort sur le segment VE. Cela leur permettra en effet datteindre une masse critique lorsque la demande prendra véritablement son envol », explique Marc Mechaï, Responsable du secteur Automobile chez Accenture. « Les projets visant à développer des véhicules électriques moins chers et offrant une plus grande autonomie vont faire évoluer le segment VE vers un marché de masse, caractérisé par de forts volumes de ventes. Compte tenu de cette évolution, l’attractivité commerciale du segment VE sur chaque marché sera un facteur essentiel pour les constructeurs automobiles, soucieux de concilier la planification de portefeuilles de produits mondiaux avec une forte attention aux spécificités locales ».

Figure 2 : EV Market Attractiveness Result Matrix

Le Canada, la France, l’Allemagne, le Japon, les Pays-Bas, la Norvège, la Corée du Sud, la Suède et le Royaume-Uni, sont tous reconnus comme des marchés à fort potentiel compte tenu de leurs excellentes perspectives de croissance, même si la taille de leur marché VE reste actuellement marginale. Ces marchés se caractérisent par l’existence de programmes publics prévoyant des investissements substantiels pour renforcer l’attractivité du véhicule électrique.

Si aucune croissance significative n’est anticipée sur ces marchés avant 2020, Accenture reste convaincu que les constructeurs automobiles doivent y investir dès aujourd’hui afin d’être les mieux positionnés possible lorsque celle-ci aura décollé. Si la part de marché du segment VE, en pourcentage du marché automobile mondial, était de seulement 0,3 % en 2015, une augmentation pour atteindre ne serait-ce que 3 % équivaudrait en effet à 2,4 millions de véhicules électriques. Ainsi, pour ne prendre que l’exemple du marché français, les constructeurs doivent chercher à tirer rapidement parti des mesures gouvernementales actuellement en place pour soutenir les ventes de véhicules électriques.

Au Brésil, le marché du véhicule est, pour ainsi dire, inexistant. Le nombre d’acheteurs potentiels y est extrêmement faible et, même s’il existe des personnes suffisamment fortunées pour se permettre l’achat d’un VE, les infrastructures publiques de recharge restent très limitées. Le gouvernement soutient certes le développement du marché VE en exonérant ce dernier de la taxe d’importation, ainsi que de la taxe annuelle basée sur la propriété d’un véhicule électrique. Cependant, malgré ces initiatives, le marché automobile brésilien sera vraisemblablement plus fortement influencé par l’essor du bioéthanol (produit à partir de la betterave sucrière), en tant que substitution future aux combustibles fossiles.

L’Inde et la Russie sont considérés comme des marchés hésitants, compte tenu de leur taille limitée et de la faiblesse des perspectives de croissance. Ces marchés se caractérisent par un manque d’infrastructures publiques de recharge et un niveau peu élevé du prix des carburants, cela de manière constante et indépendamment des cours du pétrole. Une telle combinaison fait du véhicule électrique une proposition économiquement peu attractive. Sur ces marchés, Accenture recommande aux constructeurs de ne pas se lancer aujourd’hui dans des investissements significatifs, en procédant toutefois à une veille régulière. Les investissements requis sont en effet très importants car ils nécessitent de déployer tout un ensemble de nouvelles capacités et compétences, avec par exemple la formation d’une force de ventes et la mise en place d’un service après-vente dédiés pour répondre à l’essor de la demande.

« Notre enquête montre que les constructeurs automobiles doivent focaliser judicieusement leurs investissements mondiaux dédiés au segment VE sur les marchés intérieurs les plus porteurs, en utilisant la taille totale du marché (en nombres d’unités) comme indicateur de l’attractivité de chaque marché », poursuit Marc Mechaï. « De toute évidence, les politiques publiques peuvent, plus que tout autre facteur, changer rapidement la donne. Les constructeurs automobiles doivent rester très attentifs à lévolution des programmes gouvernementaux, qui peuvent potentiellement créer les conditions d’une augmentation de la demande en véhicules électriques, en particulier à un moment où le segment VE semble proche du point de basculement vers la consommation de masse ».

Méthodologie

Chaque pays a été évalué sur la base d’un ensemble de facteurs politiques (subventions financières à l’achat, subventions financières post-achat, règlementations relatives aux aspects non financiers, infrastructures de recharge) ; facteurs économiques (prix d’achat, prix du carburant, nombre d’acheteurs potentiels) ; et facteurs technologiques (autonomie des véhicules et temps de charge).

À propos d’Accenture

Accenture, un des leaders mondiaux des services aux entreprises et administrations, propose une large gamme de services et solutions en stratégie, conseil, digital, technologie et gestion déléguée d’opérations. Combinant son expérience et son expertise dans plus de 40 secteurs d’activité et pour toutes les fonctions de l’entreprise - en s’appuyant sur le plus grand réseau international de centres de services - Accenture intervient à l’intersection de l’activité de ses clients et de la technologie pour les aider à renforcer leur performance et créer de la valeur sur le long terme pour leurs parties prenantes. Avec près de 394 000 employés intervenant dans plus de 120 pays, Accenture favorise l’innovation pour améliorer notre environnement de demain. Site Internet : www.accenture.com/fr-fr

# # #