Skip to main content Skip to Footer

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Etude Accenture : les banques investissent dans la Conformité

En savoir plus

Paris, le 18 mars 2014 – Les Directions des Risques et de la Conformité sont généralement directement rattachées à la Direction générale ou au comité de direction et voient l’opportunité d’intervenir comme des partenaires des lignes métiers. Elles font néanmoins face à une pénurie de compétences.

Soucieux de préserver et de renforcer l’importance prise par la fonction Risques et Conformité au cours de ces dernières années, 65 % des institutions bancaires et banques de marché prévoient d’accroître d’au moins 10 % leurs investissements dans la gestion du risque de non-conformité dans les deux ans qui viennent, révèle une nouvelle étude d’Accenture menée en Europe et Amérique du Nord.

D’après ce rapport intitulé « Compliance’s Seat at the Table – Hard to Earn, Hard to Retain », il apparaît que, malgré ces investissements, les structures en charge de la gestion des Risques et de la Conformité s’avèrent bien souvent incapables d’atteindre leurs propres objectifs et sont contraintes de redoubler d’efforts pour valoriser leur fonction au sein de leur établissement. 60 % des acteurs interrogés déplorent une culture de la conformité trop fragile. Près des deux tiers (67 %) estiment que la gestion des Risques et de la Conformité doit bénéficier d’un positionnement plus fort dans la gouvernance des établissements et 65 % veulent renforcer leurs relations avec les organes de régulation. A l’évidence, les établissements financiers ont déjà commencé à donner plus d’importance à leur fonction Risques et Conformité : sur 100 personnes interrogées, 71 confirment que la fonction Risques et Conformité de leur entreprise dépend directement de la Direction générale ou du comité de direction.

L’étude révèle également que la pénurie de compétences dans cette discipline constitue un obstacle pour nombre d’établissements. Ils sont 34 % à rechercher activement un spécialiste de la conformité, et 46 % à envisager d’étoffer leurs équipes en place. En parallèle, nombre d’entre eux investissent dans la formation pour renforcer leurs compétences dans ce domaine.

« Les entreprises se doivent non seulement d’être attractives pour les jeunes talents mais également d’offrir des perspectives de carrière séduisantes aux professionnels expérimentés de la gestion du risque de non-conformité. Ceux-ci sont d’autant plus courtisés que le vivier de talents est relativement restreint », précise Philippe Guyonnet, Directeur exécutif Accenture, responsable des activités Finance et Risques pour le secteur des services financiers en France et au Benelux.« Les Centres d’Excellence dans la gestion des risques de non-conformité peuvent offrir de véritables opportunités de carrière à des professionnels ambitieux, et aider les établissements à attirer, fidéliser et motiver l’éventail de personnes qualifiées approprié. »

Si 85 % des professionnels interrogés indiquent que l’intégration de nouvelles recrues est généralement concluante, ils précisent aussi que les taux de départs sont élevés. De fait, près de la moitié (51 %) ont fait appel à des cabinets de recrutement et à des chasseurs de têtes pour les aider à identifier et attirer les profils recherchés. Cependant, à la lumière des taux d’attrition, Accenture suggère qu’il conviendrait d’encourager davantage les professionnels de la gestion du risque de conformité à envisager leur carrière sur un terme long au sein de leurs établissements.

Pour atteindre les objectifs stratégiques des établissements tout en s’adaptant aux changements qui se profilent, les responsables des Risques et de la Conformité indiquent investir d’ores et déjà dans l’analytique et la modélisation des risques (53 %). De plus, la majorité des personnes interrogées prévoient d’investir ou investissent déjà dans la gouvernance et le contrôle (91 %), la qualité, l’administration et l’architecture des données (89 %), ainsi que dans leurs propres structures de contrôle interne (88 %).

« Si la fonction conformité s’est considérablement renforcée ces dernières années, il reste des progrès à faire, notamment pour se donner les moyens de faire face à l’évolution constante des impératifs de la gestion de la conformité », indique Lamyae Belhadri, Directrice exécutive Accenture, responsable des activités Finance et Risques pour le secteur bancaire en France. « Les responsables des Directions des Risques et de la Conformité devront veiller à mettre en avant leurs acquis afin de pouvoir bénéficier de moyens humains, d’outils et de technologies supplémentaires pour être plus efficientes et concrétiser leur vision de la gestion du risque de non-conformité. »

Même si 68 % des programmes de conformité présentés dans l’étude n’ont pas plus de cinq ans, nombre d’entre eux visent l’étape suivante et investissent dans la mesure de la performance, afin d’évaluer et démontrer leurs résultats en matière de gestion des Risques et de la Conformité.

MÉTHODOLOGIE

Accenture a réalisé, fin 2013 et début 2012, des études sur le terrain afin d’analyser le statut, en matière de conformité, des établissements bancaires et acteurs des marchés financiers en Europe et en Amérique du Nord ; 100 réponses ont été recueillies chaque année. La majorité des participants sont les responsables de la gestion des Risques et de la Conformité au sein de leur établissement.

A propos d'Accenture

Accenture est une entreprise internationale de conseil en management, technologies et externalisation. Combinant son expérience et ses capacités de recherche et d’innovation développées et mises en œuvre auprès des plus grandes organisations du monde sur l’ensemble des métiers et secteurs d’activité, Accenture aide ses clients - entreprises et administrations - à renforcer leur performance. Avec 281 000 employés intervenant dans plus de 120 pays, Accenture a généré un chiffre d'affaires de 28,6 milliards de dollars au cours de l'année fiscale clôturée le 31 août 2013. Site Internet : www.accenture.com.