Skip to main content Skip to Footer

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Accenture: Les technologies numériques créent de nouveaux marchés

Les nouveaux marchés numériques vont dégager des taux de croissance supérieurs aux secteurs traditionnels auxquels ils se substituent

En savoir plus

Davos, le 22 janvier 2014 – Alors que l’économie mondiale redémarre, une majorité d’entreprises prévoient de rechercher des opportunités de croissance en dehors de leur secteur d’activité, capitalisant sur les technologies numériques qui contribuent à créer de nouveaux marchés à plus forte croissance, selon une nouvelle étude d’Accenture. En outre, la plupart de ces dirigeants d’entreprises estiment que la capacité des nouvelles technologies numériques à effacer les frontières entre différents secteurs d’activité représente la plus importante évolution structurelle à laquelle seront confrontées leurs entreprises au cours des cinq prochaines années.

Le rapport, intitulé «Remaking Customer Markets: Unlocking Growth with Digital», contient une étude menée auprès de 500 cadres dirigeants d’entreprises dans 10 pays. Si 64 % de ces dirigeants affirment que leur entreprise continuera de se développer dans son secteur d’activité actuel, 60 % prévoient aussi de rechercher la croissance dans, ou en collaboration avec, d’autres industries dans les cinq ans qui viennent. L’étude se penche sur six marchés porteurs en termes de transformation numérique, marchés au sein desquels les acteurs en place et les nouveaux entrants - d’horizons multiples - s’appuient sur les nouvelles technologies pour remodeler les secteurs traditionnels et dégager des taux de croissance plus élevés : la santé, l’éducation, les services financiers, l’industrie manufacturière, la grande distribution et les transports. Parmi les enseignements de cette étude :

  • Alors que le secteur des services de santé dits « classiques » aux Etats-Unis devrait connaître une croissance annuelle de 2,5 % entre 2012 et 2018, l’impact des nouvelles technologies (comme par exemple le télédiagnostic ou le dossier médical électronique) contribuera à générer une croissance annuelle de 3,3 % sur le marché de la santé au sens large;

  • Les prévisions de croissance du secteur des services financiers traditionnels au Royaume-Uni sont de 2 % par an entre 2012 et 2018. Toutefois le marché plus vaste des paiements, qui présente de multiples opportunités en termes de transformation numérique, va enregistrer une progression annuelle de 2,9 % grâce à de nouvelles tendances telles que le financement contributif (crowdfunding), les prêts de particulier à particulier (peer-to-peer lending) et les applications de type porte-monnaie virtuel ;

  • En Allemagne, le secteur de la grande distribution devrait croître de 1,6 % par an entre 2012 et 2018, cependant le marché plus global du commerce, très impacté par le numérique, va bénéficier d’une croissance annuelle de 2,6 %, sous l’effet de tendances telles que la fixation des prix en temps réel, les plates-formes de e-commerce permettant aux consommateurs de devenir eux-mêmes vendeurs ou encore les services de partage et de troc en ligne.

Selon l’étude, la valeur cumulée de ces trois marchés de croissance en termes de transformation numérique – commerce, paiements, santé – sera en 2018 de l’ordre de 5 900 milliards de dollars pour l’économie américaine, 747 milliards d’euros pour l’économie allemande et 519 milliards de livres pour l’économie britannique.

Malgré cette prise de conscience des évolutions fondamentales touchant leur propre secteur, seuls 38 % des dirigeants interrogés voient dans ces tendances le moteur principal de leur stratégie d’entreprise, tandis que 60 % déclarent que leur stratégie sera surtout dictée par la situation économique en général.

« Le numérique est une réalité depuis déjà plusieurs années, mais il bouleverse et redéfinit aujourd’hui des secteurs d’activité traditionnels », souligne Mike Sutcliff, directeur exécutif d’Accenture Digital, plateforme qui propose des solutions et services dans les domaines du marketing numérique, de la mobilité et de l’analytique. « Bien que les entreprises soient conscientes du potentiel de la transformation numérique, nombre d’entre elles n’ont toujours pas adapté leur stratégie de croissance en conséquence. La progression de leur chiffre d’affaires dépendra de plus en plus de leur capacité à adopter de nouveaux modèles économiques numériques permettant de redéfinir leur propre secteur concurrentiel, de transformer leur mode de fonctionnement et de créer des produits et services inédits. »

Collaboration avec de nouveaux partenaires

L’étude révèle également comment les entreprises envisagent de participer à ces marchés porteurs en termes de transformation numérique au cours des cinq années à venir. Selon l’étude, c’est la collaboration, plutôt que l’acquisition, qui a leur préférence. Parmi les entreprises à la recherche de leviers de croissance au-delà de leur secteur actuel, 63 % comptent nouer des alliances stratégiques et 46 % créer des coentreprises. Seules 39 % d’entre elles envisagent de se diversifier dans des secteurs autres que leur activité traditionnelle par des fusions-acquisitions.

Interrogés sur les outils dont ils ont besoin pour réussir, les dirigeants interrogés soulignent une combinaison de besoins numériques et « analogiques ». Les technologies numériques sont perçues comme des facteurs essentiels : analyse de données (citée par 50 % des participants), informatique mobile et/ou développement d’applications (48 %), médias sociaux (46 %). Cependant, en phase avec le besoin d’un renforcement de l’approche collaborative, le premier facteur désigné par les dirigeants d’entreprises porte en fait sur les relations et réseaux personnels, à 58 %.

L’étude fait toutefois apparaître un décalage entre les intentions des entreprises et leur aptitude à se doter de nouveaux modèles économiques. Parmi les participants à l’enquête classant leur entreprise comme étant plus performante que la moyenne, 80 % jugent leur entreprise bien placée pour appréhender les tendances extérieures à leur secteur traditionnel, contre seulement 52 % des entreprises moins performantes. En outre, 84 % des entreprises qui s’estiment elles-mêmes performantes disent être en bonne position pour collaborer avec des entités en dehors de leur spécialité afin de se développer dans d’autres secteurs, contre seulement 39 % des entreprises moins performantes.

« L’expérience client repose de plus en plus sur des services fournis conjointement par des entreprises de multiples secteurs, par exemple une banque, un commerçant et une agence de voyage », observe Bruno Berthon, Directeur Exécutif de l’activité Conseil en Stratégie et Développement Durable d’Accenture monde. « Les acteurs historiques doivent être ouverts à des structures et partenariats inédits qui révolutionnent leur activité existante afin d’assurer leur croissance future. En outre, pour importants que soient le partage des données et le déploiement de technologies mobiles ou analytiques, les entreprises doivent avant tout développer de nouvelles capacités et des stratégies plus souples pour constituer les réseaux ouverts et collaboratifs qui sont au cœur de ces marchés porteurs en termes de transformation numérique. »

Les clés du succès

Selon l’étude, les entreprises qui espèrent se développer sur des marchés porteurs d’un point de vue numérique et y être compétitives doivent maîtriser trois dimensions clés :

  • Utiliser le numérique pour aller au-devant des besoins clients : à titre d’exemple, une grande marque britannique du secteur du luxe a mis en place un système informatique qui met à disposition l’historique d’un client dès que celui-ci franchit le seuil d’une boutique, permettant ainsi aux vendeuses de lui proposer un service personnalisé et adapté ;

  • Se préparer à remplir telle ou telle fonction au côté de différents partenaires : c’est ainsi qu’un opérateur espagnol de télécommunications a pris pied sur de nouveaux marchés en collaborant avec une grande banque pour proposer des applications de porte-monnaie électronique et de paiement entre particuliers et avec une compagnie d’assurance italienne, pour offrir une formule d’assurance automobile en fonction du type de conduite (« Pay as you drive ») ;

  • Mettre à profit le numérique pour accélérer la prise de décisions et le développement produits. Par exemple, un fabricant américain de yachts a noué un partenariat avec un éditeur de logiciels afin de réaliser des prototypes de ses modèles par impression 3D, ce qui lui a permis d’intégrer les modifications 40 fois plus rapidement.

« Sur les marchés porteurs en termes de transformation numérique, les clients se soucient de moins en moins de savoir quel prestataire ou quel secteur leur fournit les services, du moment que ceux-ci répondent à leurs attentes », conclut Bruno Berthon.

« Cela se traduit, bien entendu, par une combinaison de risques et d’opportunités sur le plan commercial. Les responsables politiques et les instances réglementaires doivent également prendre en compte la volatilité des frontières entre secteurs afin de satisfaire les demandes des clients et de faire en sorte que la réglementation favorise, au lieu d’entraver, de nouvelles formes dynamiques de croissance économique. »

A propos d'Accenture

Accenture est une entreprise internationale de conseil en management, technologies et externalisation. Combinant son expérience et ses capacités de recherche et d’innovation développées et mises en œuvre auprès des plus grandes organisations du monde sur l’ensemble des métiers et secteurs d’activité, Accenture aide ses clients - entreprises et administrations - à renforcer leur performance. Avec 281 000 employés intervenant dans plus de 120 pays, Accenture a généré un chiffre d'affaires de 28,6 milliards de dollars au cours de l'année fiscale clôturée le 31 août 2013.