L'intelligence artificielle (IA) est un élément clé de la prochaine révolution industrielle. Elle a la possibilité de changer notre façon de vivre, de travailler et d'interagir avec le monde qui nous entoure. À mesure que les possibilités d'applications commerciales de l'IA augmentent, la course à la différenciation mondiale en IA s'intensifie. Les pays sont en concurrence pour attirer des fonds pour les projets affiliés indépendants, retenir les meilleurs talents, augmenter les résultats de la recherche et l'adoption industrielle de l'IA. Dans le cadre de cette compétition mondiale de l'IA, les gouvernements augmentent le financement pour améliorer leurs écosystèmes. En 2017, le Canada a accordé 125 millions de dollars en investissements initiaux à CIFAR pour créer et mettre en œuvre une stratégie pancanadienne de l'IA. Le Canada a été le premier pays à lancer une stratégie nationale d'IA. Trois ans plus tard, avec l'aide d'Accenture, CIFAR a cherché à mesurer les résultats de cette stratégie. Comment la stratégie pancanadienne de l'IA du CIFAR a-t-elle changé le paysage de l'IA?

Les jeunes pousses et les entreprises en profitent

Les investissements directs étrangers dans les technologies de l'information et les communications ont augmenté de 50 % de 2017 à 2019. Cela comprend plus de 45 entreprises qui ont investi dans des laboratoires de recherche en IA au Canada. Par conséquent, cet écosystème d’IA en pleine croissance aide les jeunes pousses à obtenir le soutien et les investissements dont elles ont besoin pour croître. Les investissements totaux dans les jeunes pousses en IA ont dépassé 600 millions de dollars en 2019, soit 2,3 fois ce que les jeunes pousses en IA ont reçu en 2017.

Un écosystème dynamique d'IA a émergé de la stratégie pancanadienne de l'IA de CIFAR. Le nombre de jeunes pousses actives en IA a dépassé 620 en 2019, et depuis 2017, 34 jeunes pousses ont été acquises. Au cours de la dernière décennie, 11 PAPE ont été lancés.

Les entreprises canadiennes en profitent grandement. Celles qui ont acquis ces jeunes pousses en IA ont augmenté leurs capacités internes. Elles ont également tiré profit de l'augmentation des cas d'utilisation commerciale pour l'IA et des nouvelles possibilités de commercialisation. Le nombre d'entreprises canadiennes qui intègrent l'IA est également en hausse. Dans notre étude récente, la voie rapide vers la performance de l’avenir, 54 % des entreprises canadiennes interrogées ont indiqué avoir adopté l’IA à un certain niveau au sein de leur entreprise.

Des progrès dans les efforts visant à obtenir les meilleurs talents

Amii, Mila et le Vector Institute ont investi dans l'acquisition et la rétention de joueurs d’avant-garde de l'IA de calibre mondial. Quatre des 10 chercheurs les plus influents dans le domaine de l'apprentissage automatique dans le monde sont actuellement à la barre ou travaillent au sein des instituts canadiens de l'IA. Alors que les pays se font concurrence pour attirer des travailleurs qualifiés en IA, l'écosystème canadien de l'IA a réussi à attirer un bassin de talents hautement qualifiés en mettant au point une marque mondialement reconnue par ses instituts et en créant des emplois par la commercialisation de l'IA. De 2015 à 2019, le Canada a gagné 20 places pour atteindre la 4e position de l'indice de migration des compétences en IA - qui a mesuré le flux de migration des talents en IA entre 55 pays.

Le Canada a également attiré et retenu les meilleurs talents de la recherche en IA grâce au programme des chaires d'IA de CIFAR. Cent neuf chercheurs de premier plan travaillent actuellement au Canada, y compris des gagnants du Prix Turing. Cet investissement dans la formation en IA a porté ses fruits. En 2019, plus de 1 200 stagiaires ont été supervisés dans le cadre de programmes avancés d'IA dans les instituts canadiens. Cela augmente le bassin de talents pour les entreprises et les jeunes pousses canadiennes en IA.

Diriger la recherche en IA

Entre 1996 et 2019, le Canada a publié 23 000 documents de recherche en IA, dont 2 054 en 2019 seulement. Notre pays se classe au 4e rang parmi 239 pays de l’indice h mondial de SCOPUS, qui mesure la productivité scientifique et l’impact d'un scientifique en fonction du niveau de citation de ses publications.

La structure actuelle de l'écosystème canadien de l'IA a permis de collaborer facilement dans un domaine spécialisé (par exemple, l’apprentissage profond et l'apprentissage par renforcement). Cette structure est soutenue par la stratégie pancanadienne de l’IA, Amii, Mila, le Vector Institute et les chaires d’IA de CIFAR.

Grâce au programme des chaires d’IA, le Canada a attiré et retenu les meilleurs talents de la recherche en IA. Cent-neuf chercheurs en IA de calibre mondial travaillent actuellement dans les instituts de l’IA du Canada. Parmi eux, on retrouve le pionnier de l’apprentissage profond, Yoshua Bengio, fondateur de l’Institut d’intelligence artificielle du Québec, Mila. Mila développe une expertise de renommée mondiale en intelligence artificielle pour la santé, l'apprentissage profond et l'intelligence artificielle responsable. Avec un écosystème de jeunes pousses en IA au Québec évalué à plus de 9 milliards de dollars et Montréal se classant au 5e rang des bassins de talents les plus abordables, le Québec attire une grande partie de financement de capital de risque (CR). Entre 2017 et 2018, les investissements CR ont augmenté de 133 %.

Richard Sutton, un autre titulaire de la chaire en IA, est le scientifique en chef de l'AMII (Alberta Machine Learning Institute). Un écosystème d’IA complet est né de ses recherches en Alberta. Cela a attiré l'investissement étranger, amélioré l'éducation en informatique et changé l'écosystème technologique de la province. Le pôle technologique de l’Alberta a également connu une croissance exponentielle avec les partenariats accrus d’AMII avec des leaders de l’industrie notables pour commercialiser l’IA.

Intelligence artificielle pour le bien

Alors que la sensibilisation mondiale de l’intelligence appliquée pénètre dans le spectre multidisciplinaire, l’adoption par le Canada d’initiatives d’intelligence artificielle axées sur les réseaux sociaux a également augmenté. Le Canada se classe au 5e rang dans la publication de contenu en IA lié à la vie sociale et au bien-être, et a publié plus de 500 documents de recherche sur le sujet depuis 2017.

Avec plus de 84 000 ensembles de données ouvertes, le Canada s’est classé premier parmi 30 pays dans l’évaluation du baromètre OpenData en 2018. Cette grande quantité d’ensembles de données sur la criminalité, la santé et le recensement peut être utilisée par les chercheurs et les entreprises pour élaborer des solutions sociales diversifiées. Notre pays a connu des progrès importants dans les applications sociales de l'IA dans de nombreux contextes.

CIFAR, AMII, Mila et le Vector Institute donnent la priorité à l'utilisation de l'IA pour un impact social positif dans plusieurs causes communes, notamment la santé et l'environnement. Au fil des ans, le Canada a démontré son engagement envers les questions sociales en faisant activement la promotion de l'IA dans ces secteurs clés.

Santé et bien-être – Le Canada est un chef de file en recherche sur l’IA en santé et son développement d'applications IA est en pleine croissance. En 2019, CIFAR a financé 14 projets de recherche dans la lutte contre la COVID-19. Il existe de très bons exemples de cas d'utilisation de l’IA dans les soins de santé au Canada.

Les chercheurs du réseau de santé universitaire ont mis au point un système de planification de radiothérapie qui génère des plans de traitement de haute qualité plus rapidement et à des coûts moindres que les méthodes manuelles ou automatisées actuelles. Dans les unités de soins intensifs, un modèle de prévision du risque est utilisé pour effectuer des évaluations médicales et prédire quand un patient doit être transféré aux soins intensifs. Malgré la hausse de la mise en œuvre de l'IA dans le domaine des soins de santé, le Canada doit augmenter rapidement et stratégiquement les applications dans ce secteur ou risquer de perdre sa longueur d’avance.

Éducation – L’IA pour la société fait maintenant partie du programme d'études de nombreux programmes d’informatique au Canada. CIFAR et la fondation Osmo dirigent également le laboratoire d'été AI4Good, un camp d'entraînement à l'apprentissage automatique où les participants développent des prototypes d'IA pour le bien social. Le programme vise à inspirer une nouvelle génération de leaders techniques diversifiés à développer l'intelligence artificielle comme force pour le bien social.

Déploiement de l’IA de façon responsable

Comme les décisions en matière d'IA ont de plus en plus d'impact sur la vie des gens à grande échelle, il devient essentiel de tenir compte des questions d'équité, de responsabilité, de l’orientation sur l'humain, d'éthique, de transparence et de sécurité en matière de développement de l'IA. Le Canada a fait preuve d’un engagement ferme envers l'adoption de l’IA responsable depuis le déploiement de la stratégie pancanadienne d'IA de CIFAR. Un partenariat mondial sur l'IA (PMIA) a été créé en juin 2018 entre le Canada et 14 autres pays au cours du sommet du G7. Il s'agissait de la première entité mondiale du genre et les parties prenantes se sont engagées à soutenir le développement et l'utilisation de l’IA responsables et axés sur l'humain.

La Déclaration de Montréal sur le développement responsable de l'intelligence artificielle a également été lancée en décembre 2018. Cet ensemble de lignes directrices éthiques pour le développement de l'IA est reconnu au niveau mondial comme l'une des meilleures initiatives de haut niveau pour une IA responsable. Deux ans plus tard, Mila et l’Algora lab (Université de Montréal) ont dirigé une consultation mondiale sur l'éthique de l'IA pour l'UNESCO, tirant parti de leur expérience dans l'élaboration de la déclaration de Montréal.

L'IA responsable occupe une place centrale dans toutes les provinces afin de rayonner sur des initiatives plus proches de nous. Notre pays a publié la Charte numérique du Canada en 2019 dans le but d’établir une base de confiance pour les Canadiens dans l’arène numérique. La charte garantit que les Canadiens peuvent faire confiance aux nouvelles technologies numériques et que leurs données et leur vie privée demeurent en sécurité.

Prochaines étapes de l'IA

L’investissement de 125 millions de dollars dans la création de la stratégie pancanadienne de l’IA, la première de ce genre au monde, a prouvé que le financement stratégique et opportun du gouvernement peut accélérer la croissance dans ce secteur clé. Amplifiée par le financement des provinces et des investissements étrangers, cette stratégie a changé le paysage technologique canadien et renforcé la position du Canada dans la course mondiale vers l'IA.

La pandémie a accéléré la nécessité d'intégrer l'IA dans tous les aspects de notre vie, de façon responsable. Avec la hausse des cas d'utilisation de l’IA, il est maintenant essentiel d'augmenter le financement pour développer des applications commerciales d'IA au Canada. Dans son budget 2021, le gouvernement du Canada a annoncé un financement fédéral de 443,8 millions de dollars canadiens pour appuyer la stratégie pancanadienne en matière d'IA pour les 10 prochaines années, signalant clairement que le Canada a l'intention de conserver son avantage sur le premier plan, alors que d'autres pays mettent en œuvre leurs propres stratégies d'IA. L’évaluation de la stratégie pancanadienne d’IA de 2017 a joué un rôle déterminant dans l’obtention du financement supplémentaire.

Thomas Kim

Chef Analytique et IA


Steven Rogers

Chef Stratégie et Conseil Technologique


Tali Remennik

Scientifique des Données


Nick Taylor

Stratégie et Conseil Technique

SUR LE MÊME THÈME

IA : Intégration à grande échelle
La professionnalisation pour engranger les résultats de l’IA

INSCRIPTION
Restez au courant avec notre infolettre Restez au courant avec notre infolettre