Skip to main content Skip to Footer

RÉFLEXIONS RÉCENTES


Canada: Pour le meilleur ou pour le pire? Le rôle du gouvernement dans le maintien du niveau de vie

Découvrez la façon dont le programme Assurer les services publics pour l’avenir permettra de créer un marché de l’emploi hautement performant au Canada.

APERÇU

La plus récente étude d’Accenture, dans le cadre du programme Assurer les services publics pour l’avenir, se penche sur le rôle des marchés de l’emploi pour assurer le bien-être national. Pour la présente étude, nous avons analysé les effets des changements démographiques de 162 pays et avons mené des enquêtes auprès de chercheurs d’emploi, d’employeurs et de fonctionnaires des services publics de placement au Canada et dans 10 autres pays. De plus, nous avons mis l’accent sur un sujet brûlant : si les gouvernements ne réagissent pas de façon urgente et décisive pour aborder les problématiques fondamentales dans leurs marchés de l’emploi, ils constateront un recul dans la croissance de la productivité et une diminution de la main-d’œuvre. Cette situation mènera ultimement vers un déclin du niveau de vie pour l’avenir.

Dans son analyse du marché du travail canadien, Accenture a cerné trois enjeux qui menacent l’hypothèse fondamentale selon laquelle les générations futures vivront mieux que leurs parents : des changements démographiques d’envergure menant vers la réduction du nombre de personnes disponibles au travail, ainsi que des taux stagnants en matière de croissance de la participation à la main-d’œuvre et de la productivité, ayant pour conséquence la réduction du revenu personnel et une société moins prospère.

À moins d’une hausse des taux de participation et de la productivité, Accenture prévoit un déclin du niveau de vie de 12 pour cent d’ici 2030.

En intégrant les quatre changements structurels nécessaires afin d’offrir un service public tourné vers l’avenir, les agences provinciales, régionales et fédérales du Canada pourront contribuer à la création d’un environnement d’emplois et de compétences plus transparent et mieux connecté, offrant une plus grande souplesse et haussant l’accessibilité. De cette façon, les gouvernements pourront jouer un rôle pivot pour atteindre un marché de l’emploi de calibre mondial tout en préservant le niveau de vie.

CONTEXE

Accenture a analysé les tendances liées à la démographie, aux taux de participation (la portion de la population d’âge actif sur l’ensemble de la population) et de productivité (la contribution des travailleurs au produit intérieur brut, ou PIB, d’un pays) dans 162 pays. Ensemble, ces facteurs composent le (PIB) par personne, utilisé à titre de mesure du niveau de vie.

Bien que le modèle de niveau de vie d’Accenture produit des résultats de participation et de productivité permettant de contrer l’impact de l’évolution démographique projetée, il n’offre pas d’indications quant à la façon la plus efficace d’atteindre ces résultats. Afin d’obtenir une vue d’ensemble de l’environnement des emplois et des compétences, Accenture a mené quatre enquêtes — l’enquête Accenture auprès des citoyens, l’enquête Accenture auprès des chercheurs d’emploi, l’enquête Accenture auprès des employeurs et l’enquête Accenture auprès des fonctionnaires des services publics de placement.

Selon notre constat, la plupart (53 pour cent) des citoyens canadiens ne sont pas confiants envers la capacité du gouvernement à s’attaquer aux problèmes reliés à l’emploi et aux compétences. Aussi, près de la moitié (49 pour cent) des employeurs canadiens interrogés n’utilisent aucun service de placement offert par le gouvernement, la deuxième plus forte proportion de non-utilisation après le Royaume-Uni (52 pour cent) parmi tous les pays participants. De plus, près d’un tiers (31 pour cent) des chercheurs d’emploi canadiens interrogés n’ont pas obtenu de conseils sur la recherche d’emploi de la part des services publics de placement et seulement 19 pour cent considèrent ces services comme étant la meilleure source d’information sur les possibilités d’emploi. Enfin, les fonctionnaires des services publics de placement canadiens considèrent que le manque d’engagement auprès des établissements d’enseignement (44 pour cent) et des entreprises (43 pour cent) constitue une problématique majeure.

ANALYSE

La plus récente étude d’Accenture, dans le cadre du programme Assurer les services publics pour l’avenir, révèle que plusieurs facteurs affectent le marché de l’emploi et menacent le niveau de vie au Canada:

  • Dispersion géographique des emplois. La productivité économique et les perspectives d’emploi varient énormément d’un bout à l’autre du Canada. Malgré cela, les chercheurs d’emploi canadiens ne sont pas disposés à déménager, 19 pour cent ayant manifesté la volonté de changer de province pour le travail.

  • Restriction d’accès. Les jeunes travailleurs canadiens sont confrontés à un manque de formation et d’expérience, alors que les Autochtones et les immigrants font face à des taux d’emploi inférieurs à la moyenne.

  • Écart entre les compétences et les emplois. Bien que le Canada soit un chef de file en éducation, l’économie manque tout de même certaines compétences nécessaires pour l’avenir, particulièrement en science, en technologie, en ingénierie et en mathématiques (compétences STIM).

  • Volatilité du contexte économique. Offrant des règlements souples en matière de travail, le Canada s’est initialement tiré relativement indemne de la crise financière mondiale. Mais à présent, les employeurs freinent l’embauche en raison de l’incertitude entourant les perspectives de croissance.

Bien que faisant partie de très nombreux acteurs sur un marché de l’emploi, les agences gouvernementales provinciales, régionales et fédérales ont la possibilité de jouer un rôle pivot dans l’orchestration de l’environnement d’emploi et de compétences, et d’appuyer un marché de l’emploi de calibre mondial.

Recommendations

Accenture maintient qu’une nouvelle approche holistique est nécessaire pour contrer les menaces au niveau de vie et livrer un environnement d’emploi et de compétences de calibre mondial; une approche qui exige une transformation tant du côté des services de placement publics que du côté des fournisseurs d’éducation et de formation, des chercheurs d’emploi et des employeurs.

Selon Accenture, afin d’offrir un service public tourné vers l’avenir, les marchés de l’emploi hautement performants doivent avoir les qualités suivantes:

  • Être visible et opter pour une gestion avisée. Les gouvernements hautement performants utilisent l’analytique et l’information sur le marché du travail – recueillie et partagée par toutes les parties prenantes – afin d’assurer de meilleurs résultats et aider les marchés de l’emploi à passer d’une approche réactive à une gestion avisée.

  • Être connecté et travailler en collaboration. Un marché du travail connecté exige le partage ouvert de l’information et des stratégies à travers des environnements de travail et de compétences complexes, ainsi qu’un engagement accru de la part des fonctionnaires des services publics, des employeurs et des établissements d’enseignement.

  • Être souple et accessible. Un marché de l’emploi hautement performant peut se définir comme ayant un cadre réglementaire réactif qui accorde de la souplesse aux employeurs pour s’adapter à la nature dynamique des affaires. Appuyant le passage de la gestion publique à l’entrepreneuriat public, le gouvernement du fédéral peut créer des incitatifs pour encourager les agences provinciales à mettre les chercheurs d’emploi en correspondance avec des emplois disponibles à l’extérieur de leur région.